browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Un enfant bilingue français-anglais

Posted by on 15 février 2013

Le tour du monde des bilingues fait escale aujourd’hui en France, où j’ai interviewé Christine, dont le fils est bilingue français-anglais. Et oui, on trouve des enfants bilingues sans forcément aller au bout du monde !

Voici une transcription in extenso du dialogue.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Bonjour Christine, merci d’avoir accepté cette interview. Est-ce que tu peux nous expliquer si tes enfants sont bilingues et comment est-ce que vous faîtes.

Christine : Alors, en fait, j’ai un fils qui a cinq ans. Mon mari est Anglais et moi, je suis Française, je suis Franco-Belge mais ma langue maternelle est le français. Donc, en général, je lui parle français et son papa lui parle anglais. Il va à l’école en français. Mais par contre, quand on est ensemble, en général, quand on est en famille, on parle anglais de manière à ce que l’anglais, étant la langue minoritaire, de manière à ce qu’il puisse avoir quand même un bon équilibre et entendre autant d’anglais que de français.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : …même toi tu t’adresses à lui en anglais ?

Christine : Quand on est ensemble, souvent je m’adresse à lui en anglais, en fait, parce que je pense en anglais, donc les phrases me viennent en anglais comme on parle en anglais ensemble. Mais parfois, je mélange un petit peu, mais la plupart du temps, ça reste quand même en anglais sauf quand on est en public ou à ce moment-là, on parle tous français.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Donc vous êtes sur un modèle langue familiale anglais et dès qu’on est dehors, français ?

Christine : Voilà ! Voilà tout à fait.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Je suppose que vous vivez dans un milieu francophone.

Christine : On habite dans le Sud de la France, on habite dans un petit village dans le Sud de la France, donc c’est un milieu qui est très francophone, effectivement.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Est-ce que ton fils a d’autres contacts sociaux parlant anglais en dehors de votre famille ?

Christine : On a des amis anglais qui ont des enfants anglais. Il a des amis anglais en Angleterre aussi. Donc, il a des amis anglais, français, en fait.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : D’accord ! Quel âge a-t-il aujourd’hui ?

Christine : Il a 5 ans.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Je suppose qu’il est scolarisé en français…

Christine : Oui, oui, tout à fait.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Est-ce qu’il sait déjà lire en français ?

Christine : Il commence un petit peu à savoir lire. Il connaît l’alphabet en français et anglais.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Quelle est votre position chez vous, est-ce que vous souhaitez qu’il apprenne à lire en français d’abord, puis en anglais après ou est-ce que vous mettrez les deux langues sur le même niveau ?

Christine : Pour le moment, on met les deux langues sur le même niveau. Après, comme il va à l’école en français, si on se rend compte qu’il a des difficultés, si jamais on se rendait compte qu’il a des difficultés, on se focaliserait plus sur le français. Mais pour le moment, ça se passe très bien. Donc, on continue comme ça pour le moment. Il aime bien apprendre et je pense que ça lui convient bien pour le moment.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Le soir, je suppose que vous lui lisez des livres ?

Christine : Oui !

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Et qu’est-ce qui se passe quand il prends un livre en français et qu’il le tend à son père ?

TOTO : Alors, en général, son père lui dit qu’il vaut mieux que ce soit moi qui lui lise le livre. Mais bon, si jamais je suis occupée, si jamais je ne peux pas, c’est lui qui le fait aussi. Voilà…

Cyrille, le praticien du bilinguisme : …est-ce qu’il va le lire en français ou est-ce qu’il fait une traduction à vue en parlant anglais ?

Christine : Parfois il le traduit en anglais, et parfois il le lit en français, en fait, je dirais que ça dépend un petit peu du livre, ça dépend un petit peu du livre et s’il est fatigué, puis parfois notre fils, lui demande de traduire en anglais.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : …d’accord,d’accord ! parfois l’enfant choisit…

Christine : Oui ! Tout à fait !

Cyrille, le praticien du bilinguisme : j’avais déjà remarqué, dans mon cas, je devais moduler selon les livres et selon mon degré de fatigue.

Christine : Oui !

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Mais je n’ai pas forcément le loisir de choisir les livres.

Christine : Ah !…

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Quand un enfant vient et qu’il t’impose un livre, il faut savoir s’adapter.

Christine : (rire)

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Est-ce que vous avez les mêmes quantités de livres pour enfants en anglais et en français ?

Christine : En fait, je ne sais pas du tout. On en a beaucoup en anglais et on en a beaucoup en français. Donc, est-ce que c’est la même quantité, je pense que c’est à peu près équivalent, oui !

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Est-ce qu’il change souvent de livre ou il revient toujours sur les mêmes ?

Christine : Il revient souvent sur les mêmes.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Bienvenue au club.

Christine : (rire)…Oui, oui, il aime bien tout ce qui est Mister Men les Monsieur et Madame, je ne sais pas si tu connais les Messieurs et les Madames, ce sont ces livres favoris. Je pense que ce sont des livres assez bien faits, assez drôles, voilà. Je ne sais pas si ça répond à ta question…

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Oui, oui ! Donc vous êtes confiants pour le passage à l’écrit…

Christine : Oui, pour le moment oui ! Surtout qu’il aime bien dessiner, en fait, il aime bien écrire, il aime bien lire. Donc, on est très confiants.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Au niveau de prononciation, est-ce que vous avez remarqué des choses amusantes ou des choses surprenantes ? Est-ce que sa prononciation est comparable à celle d’un petit anglais et comparable à celle d’un petit français ?

Christine : En français, sa prononciation est parfaite. En anglais, je trouve qu’il a un petit accent, il a un petit accent français à mon avis. Mais quand j’en parle à mon mari, lui, il n’a pas l’air de le remarquer. Mais enfin, il a un très bon accent, je pense qu’il a quand même une petite pointe d’accent français.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Est-ce que vous avez renforcé cette capacité d’écoute en anglais ou vous avez des livres audio ou des vidéos ?

Christine : En fait, il regarde la télévision en anglais, et parfois en français aussi. Mais la plupart du temps, c’est en anglais. Donc on lui fait beaucoup écouter l’anglais.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : C’est effectivement la bonne solution.

Christine : Voilà !

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Au niveau accent, encore deux ou trois ans, et cela devrait se stabiliser.

Christine : Oui ! Tout à fait ! Je ne suis pas spécialiste mais c’est ce que j’entend dire.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Il a déjà fait des séjours chez les grands-parents tout seul en Angleterre ?

Christine : Oui ! Plusieurs. Plusieurs et en général, ça se passe très très bien. Il adore aller en Angleterre, et il a des amis là-bas. On remarque que lorsqu’il revient de ces séjours en Angleterre, il fait des progrès linguistiques fantastiques non seulement en anglais mais en français aussi.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Cela fait plaisir (rire) !

Christine : Oui !

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Ca fait plaisir que tu dises cela car j’ai la ferme conviction qu’une langue nourrit l’autre.

Christine : Oui, en l’observant, on a vraiment cette impression-là.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Eh bien bravo ! Bravo et merci pour cette interview. Et bonne continuation et j’espère que tu nous tiendrais au courant sur le progrès dans les années qui viennent.

ouvrez-cerveau-petit Découvrez
les 7 clés pour donner une seconde langue naturellement à votre enfant en vous inscrivant ci-dessous :
pour recevoir des conseils pour ouvrir le cerveau de vos enfants à 2 langues. En cadeau, je vous offre mon livre et des interviews inspirants ! Conformément à la loi "informatique et liberté" du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous disposez d'un droit d'accès et de modification de vos données que vous pouvez exercer dans chaque message reçu, et cette liste est déclarée à la CNIL sous le n°1652673.

Ce que vous aviez en tête en arrivant :

  • Franco Calvetti le bilinguisme à l\école primaire Livre

5 Responses to Un enfant bilingue français-anglais

  1. callipedie

    Merci pour ce témoignage. J’admire Christine pour son courage. Donner l’anglais à son fils dans un milieu entièrement francophone demande beaucoup d’énergie.
    J’en sais quelque chose avec deux fils, eux aussi bilingues Anglais/français alors que nous vivons en France (dans le sud aussi!).
    Mais pour nous, la tâche est plus facile. Nous avons eu la chance de trouver une école primaire française qui propose une section bilingue.
    Nous n’avons donc qu’à accompagner le travail fait par les deux maîtresses dans chacune des langues

  2. callipedie

    Rien de spécifique au bilinguisme, mon couple est aussi bilingue, c’est plus une simple remarque pragmatique.

    L’éducation d’un enfant demande beaucoup de patience et d’énergie. Aussi suis-je heureux d’être aidé dans cette tâche par les adultes professionnels que sont les maîtres et maîtresses.
    Ce que mes enfants comprennent et maîtrisent pendant leur séjour à l’école est toujours cela de moins à faire à la maison. On garde souvent les bons côtés : a l’école la grammaire et les tables de multiplication, à la maison les contes et les jeux en anglais et en français 😉

    • Cyrille, le praticien du bilinguisme

      Je pensais que vous étiez tous les deux français. Effectivement, si en plus vous avez l’école avec vous, le calcul est vite fait :-). Votre situation est plus favorable que sans école.
      Dans le séminaire en ligne, je dis la même chose. Il ne faut surtout pas faire un travail que l’école fera à ta place.
      Chez moi, je ne cherche pas à leur apprendre à lire, j’attends que cela soit fait en français et je complète avec ce qui diffère. Et comme l’écriture est phonétique, cela va très très vite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *