browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Les transferts entre langues chez l’enfant bilingue

Posted by on 2 octobre 2012

Transferts entre langues. Que signifie cette expression ? Tout simplement la possibilité de réutiliser un terme d’une langue dans une autre.

Les transferts de mots

Si on dit
katze en allemand, l’enfant germanophone qui entend cat en anglais a peu de travail de filtrage pour en comprendre le sens.

Image d'un chat

Le transfert entre langue fonctionne bien pour des concepts simples et identiques dans les deux langues.
Crédits photos : Morguefile

La transférabilité de la racine cat ne fonctionne pas vers les langues slaves, comme le serbo-croate mačak.
L’enfant est dans une phase de généralisation assimilatrice lorsqu’il apprend le langage. Il est capable de déduire bien des choses, parfois erronées.

j’ai vu, j’ai bu, j’ai prendu*.

Ce transfert peut être également perturbé par des faux-amis, des mots qui se présentent de la même manière dans deux langues mais qui ont acquis un sens différent au fil du temps. Il s’agit de réglages qui s’acquièrent en présence de locuteurs qui, correction après correction, ajustent la maitrise de la langue. Le passage au stade de la lecture est très important pour repérer et caler le sens précis de ces faux-amis, car le sens est d’autant plus facilement mémorisé qu’il est acquis dans le contexte d’une phrase.

J’avais déjà constaté, chez ma fille ainée, de fort transfert de l’espéranto, comme

vango, lipo, ŝultro

vers l’allemand

vange, lippen, schultern.

Par contre, je n’avais jamais constaté la transférabilité d’une aptitude.

L’enfant est-il capable de capter des groupes de mots ?

On m’a rapporté le cas d’un enfant bilingue qui étudiait l’allemand à l’école et qui ne semblait pas avoir de problème pour comprendre que

« This is mine »

en anglais signifie la même chose que

« Das ist mein »

en allemand.

L’enfant bilingue peut-il comprendre des phrases entières sans qu’on lui explique ?

Un soir, ma fille de 6 ans décide de ne pas me répondre dans sa langue paternelle, l’espéranto, mais d’utiliser un jargon inaudible. Je réagis toujours en parlant allemand dans ce cas.

Pourquoi l’allemand ?

L’allemand est une langue seconde qu’elle apprend à l’école. Néanmoins, elle n’est pas encore capable d’interagir en allemand. Ce soir-là, ses phrases ne sonnent pas allemand et ne sont pas de l’allemand. Pour éviter les dérives, je mets un terme à l’expérience en précisant que je ne comprends pas ce qu’elle dit.

Elle répond qu’elle parle anglais. Je décide de tente une autre expérience, j’annonce :
I can speak to you in english.
S’ensuit un ensemble de sons incompréhensible et subitement, dans une petite voix mal assurée, je perçois un

 I know what you mean.

Une enfant à qui nous n’avons jamais parlé anglais, qui n’a jamais prononcé que Happy birthday to you que l’on n’aurait pas reconnu en l’absence du gâteau, qui ne regarde pas de film en anglais, voilà qu’elle se met à prononcer toute une phrase audible et digne d’un locuteur natif du même âge !

Comment a-t-elle pu capter l’enchainement de ces 5 sons de manière cohérente et leur sens pour les réutiliser de manière adaptée au contexte ?

Comment un enfant capte une phrase anglaise

Tout s’explique par le contexte de nos vacances. Ma fille a passé deux semaines au contact d’une petite écossaise et ses parents dans un environnement espérantophone. La petite parlait souvent en anglais à sa mère et c’est ainsi que ma fille a capté des tournures de phrase puis une phrase entière.

Avez-vous des exemples similaires, amusants, étonnants ou erronés de transferts entre langues ?

ouvrez-cerveau-petit Découvrez
les 7 clés pour donner une seconde langue naturellement à votre enfant en vous inscrivant ci-dessous :
pour recevoir des conseils pour ouvrir le cerveau de vos enfants à 2 langues. En cadeau, je vous offre mon livre et des interviews inspirants ! Conformément à la loi "informatique et liberté" du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous disposez d'un droit d'accès et de modification de vos données que vous pouvez exercer dans chaque message reçu, et cette liste est déclarée à la CNIL sous le n°1652673.

3 Responses to Les transferts entre langues chez l’enfant bilingue

  1. Arno Lagrange

    à l’âge de 5 ans entendant ma mère et ma tante parler continuellement en allemand que je n’avais pas appris, les écoutant attentivement, m’imprégnant de ces mots étranges, je leur ai sorti une phrase entière dont les mots et la musique étaient allemand, mais qui n’avait pas de sens (je me souviens encore de la phrase : « Ich meine deine kleine Egal Regal »). Cette expérience a mis en lumière pour moi le processus par lequel on passe graduellement d’une connaissance nulle à une compréhension puis à la maîtrise d’une autre langue.

    • cyrille, le praticien du bilinguisme

      La petite nous fait régulièrement ce genre de démonstration quand nous intensifions son exposition à l’allemand, mais elle n’avait pas de raisons de le faire en anglais, et encore moins d’arriver à sortir une phrase sensée. Il reste à trouver un moyen de profiter de ses habilités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *