class="post-template-default single single-post postid-229 single-format-standard" onresize="resized();" onload="resized();">
     
 
     

Jeune interprète pour la première fois

Il y a quelques temps, je suis partie en voyage à l’étranger, en Allemagne, avec mon collège. Comme chaque année, les classes de 4ème échangent avec notre ville jumelée Gengenbach. Cet échange dure une semaine, nos correspondants allemands sont d’abord venus les 3 premiers jours puis nous sommes partis 3 jours en Allemagne.

Les différentes façon de communiquer, avec ou sans interprète

Chacun a différentes manières de communiquer quand il ne parle pas bien la langue. Je n’ai pas eu beaucoup de problèmes pour m’exprimer grâce à mes séjours linguistiques. Quand je ne connaissais pas un mot, je le décrivais du mieux que je le pouvais. Certains ne faisaient pas beaucoup d’efforts, comme ma correspondante quand elle s’est rendu compte que je parlais bien allemand.

D’autres comme mon amie Romane et sa correspondante Charlotte ont énormément utilisé le langage des signes. Suivre une conversation avec elles était vraiment très amusant. Romane commençait sa phrase en allemand, s’arrêtait car elle ne connaissait pas un mot, et finissait sa phrase en langue des signes. Charlotte éclatait de rire, lui donnait le mot en allemand, puis lui répondait en français de la même manière.

Mon rôle d’interprète

Au début du séjour, les autres se débrouillaient comme ils pouvaient, mais comme mes amis français savaient que je parle bien allemand, ils venaient simplement me demander comment dire tel mot en allemand puis j’ai fini par interpréter des phrases entières et même quelques conversations.

Mercredi après-midi, j’ai rejoins 5 amies et leurs correspondantes pour jouer à Loup-Garou. Comme les correspondantes allemandes ne connaissaient pas le jeu, j’ai expliqué les règles en allemand. Par chance, j’y avais déjà joué lors de mon séjour en Bavière.

Les problèmes rencontrés en faisant l’interprète durant Loup-garou

Expliquer les règles du jeu en allemand n’a pas du tout était facile parce que j’avais un peu oublié le vocabulaire comme cupidon, la voyante et le public ne me facilitait pas la vie. Les françaises n’écoutaient pas parce qu’elles ne comprenaient pas et connaissaient déjà les règles, tandis que les allemandes échangeaient des commentaires entre-elles pendant que je parlais.

Enfin, nous avons pu commencer à jouer. J’ai commencé comme meneur du jeu parce que je connaissais mieux les règles que les autres, et que j’interprétais au fur et à mesure, en auto-interprétation. Je disais la phrase en allemand puis en français. Quand les autres s’exprimaient le jour, j’ai instauré la règle suivante :

  • les allemandes devaient s’exprimer en français,
  • les françaises en allemand.

Elles ont fait l’effort au début même s’il y avait des phrases ou des mots que j’ai dû interpréter. Charlotte parlait français mais les autres allemandes ne la comprenaient pas !

Nous avons à peu près réussi à jouer même si c’était beaucoup moins amusant que lorsque je joue en espéranto.

Les erreurs et problèmes rencontrés en faisant l’interprète

Pendant les conversations que j’interprétais, j’ai souvent réussi à me faire comprendre. Les seuls mots qui m’ont manqué sont des mots du registre familier qu’on n’étudie pas en classe. Au fur et à mesure que j’interprétais, les allemandes parlaient plus vite et faisaient des phrases plus compliquées qu’avant.

J’ai interprété dans les deux sens, de l’allemand vers le français et inversement, durant cette semaine. Mais interpréter de l’allemand vers le français m’était plus facile parce que je comprends beaucoup alors que s’exprimer est toujours plus dur.

Quand une allemande me dit une phrase à interpréter vers le français, je remplace dans ma tête par des mots plus simple, puis je reconstruis la phrase en français. Dans l’autre sens, mes mots ne sont pas très précis mais pour ces conversations, qui n’étaient pas très élaborées, on se moquait un peu des détails. Par exemple si quelqu’un demande à la cantine :

Qu’est-ce qu’on mange ?

et qu’on me dit

Dis-lui qu’on mange du saumon.

je dis

On mange du poisson.

A force d’interpréter dans les deux sens, je me suis embrouillée :

Je devais demander à une française pourquoi elle voulait rentrer à la maison au lieu de suivre les autres mais j’ai répété la phrase en allemand avec mes mots !

Image d'une jeune interprète

La photo du journal municipal. Où suis-je ?

Interpréter le discours des maires

Nous avons été reçus à la mairie d’Obernai par le maire qui nous a souhaité la bienvenue en français et avec deux phrases en allemand qu’il avait préparées. Ensuite, il nous a présenté des diapos et a parlé d’Obernai et du jumelage pendant qu’un élu interprétait en allemand. Mais il connaissait déjà le discours et l’avait préparé. Je n’aurais pas pu rendre le discours du maire car il contenait trop de détail que je n’aurais pas pu traduire.

A Gengenbach, une élue nous a accueilli et nous a également fait un discours sur la ville. Cette fois-ci, ma professeur d’allemand a fait l’interprétation en phrase par phrase. L’inconvénient est que c’est lent et décousu car le fil des idées est toujours rompu. J’ai tout compris mais j’aurai eu du mal à cause de la prise de note pour rendre les chiffres.

Et toi, as-tu déjà participé à un échange scolaire ?



2 Comments to “Jeune interprète pour la première fois”

  1. Bonjour Amy et félicitations pour tes premiers échanges en tant qu’interprète 😉

    C’est marrant, j’ai eu le même type de traduction que toi, mais en Langue des Signes. Je devais traduire « saumon ». J’ai traduit par « poisson rose ».

    En langue des signes, la traduction ne se fait pas que « mot-pour-mot » … on rajoute la description visuelle. C’est très intéressant, car en plus de développer son niveau de langue, on développe son sens de l’observation 😉

    Par contre, je ne suis pas encore assez précise pour les termes techniques et différencier : « un saumon » et une « truite saumonée de mer » … mais dans ce cas, je passe par la dactylologie si c’est vraiment nécessaire 😉

  2. […] le praticien du bilinguisme : Merci pour ces conseils pour tous les jeunes interprètes et j’espère que dans nos lecteurs, beaucoup trouveront l’inspiration et seront intéressés […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This entry was posted on 13 mai 2013 and is filed under Témoignages. Written by: . You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.