browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Rapide bilan du projet après 12 ans

Posted by on 23 décembre 2017

En cette fin d’année 2017, c’est le moment de tirer un bilan de ces 14 dernières années de démarche de bilinguisme précoce auprès de mes 3 enfants.

Résumé : Pour toi lecteur qui a raté le démarrage de l’aventure, j’ai 3 filles Amy, Mary et Jenny. Il y a 14 ans, j’ai compris que je pouvais les rendre bilingues, leur donner 2 langues maternelles, et j’ai décidé de ne compter que sur moi même plutôt que d’attendre de l’aide de l’éducation nationale ou je ne sais qui.

 

Ce que nous avons fait pour rendre nos enfants bilingues

L’ensemble de la démarche est expliqué en vidéo quand on s’inscrit dans le formulaire en bas de l’article. En 2 mots, je me suis approprié l’espéranto pour introduire une seconde langue maternelle dans notre foyer. J’ai fait mienne l’espéranto et j’ai ainsi préparé le cerveau de mes enfants à l’apprentissage de l’allemand à l’école primaire.

Le collège s’est ensuite chargé d’enseigner l’anglais à nos filles. Je me suis limité à leur enseigner une prononciation correcte de l’anglais dès le début. Et j’ai également attiré leur attention sur le processus cumulatif que représente l’apprentissage d’une langue. Au contraire des mathématiques, l’enfant ne peut pas faire l’impasse sur une ou deux semaines de cours qu’il n’aurait pas compris.

Au fil des ans, j’ai mis mes compétences d’interprète à leur service pour qu’elles complètent leurs lexiques et qu’elles développent des capacités similaires dans leurs 4 langues.

Les succès de notre démarche de bilinguisme précoce

Avec Amy, l’ainée, j’ai expérimenté. Quand elle avait 12 ans, elle est partie toute seule dans une famille en Allemagne avec succès.

J’ai recommencé avec Mary quelques années après. Je suis en train de chercher une famille où je pourrais envoyer Jenny cet été.

Amy a très vite atteint les 19/20 en allemand et anglais à l’école. Son niveau d’allemand lui a permis d’entrer en classe bilingue Abibac en début de seconde. Nous pouvons remercier les professeurs qui ont le pris le risque, qui lui ont donné sa chance, car elle ne venait ni d’une classe bilingue ni d’une famille germanophone !

Mary a décidé de suivre les traces de sa soeur et a également intégré la classe bilingue Abibac au moment où sa soeur la quittait. Ses résultats étaient du même ordre de grandeur (Soit très souvent entre 19 et 20 dans toutes les matières).

Au fil des trimestres, Amy a progressé jusqu’à finir première en allemand en terminale bilingue.

Mary s’en sort très bien également. Première au général, elle n’est pas encore en tête en allemand mais présente déjà de bons résultats.

L’appétit vient en mangeant.

Quand l’heure des orientations est venue, Amy s’est demandée si les études en Allemagne ne constituaient pas une très bonne alternative à la France. Elle s’est fixé comme objectif de cartonner à l’Abitur pour entrer en médecine outre-Rhin.

Elle a atteint ses objectifs au baccalauréat et l’Abitur en étant largement au dessus de 19/20 à l’un et juste en dessous à l’autre. La note allemande d’1.0 lui a permis d’entrer en médecine en Sarre.

Finalement, le principal stress est venu de son installation à l’étranger, du logement, de ses premiers résultats scolaires etc…

J’ai encore du mal à réaliser que ma fille étudie la médecine dans sa langue 3 et s’en sort très bien ! C’est tellement irréel pour moi qui ait tant de mal en allemand.

En tant que parent, nous avons besoin de lâcher prise et laisser nos enfants assumer leurs choix.

 

Ce que 2018 nous réserve comme bonnes surprises

Mary a trouvé un échange de 4 semaines et un stage en Allemagne. Elle sera de nouveau durant 5 semaines outre-Rhin avec un passage en entreprise.

Amy a créé son entreprise en parallèle de ses études en Allemagne et va la développer outre-Rhin avec nos partenaires. Dans quelques années, elle aura l’indépendance financière en plus de l’indépendance linguistique.

Jenny a commencé l’anglais plus tôt que ses soeurs car les classes bilangues ont été généralisées mais elle progresse bien dans les 2 langues même si c’est trop tôt pour en tirer des conclusions. C’est d’ailleurs une des caractéristiques de ce genre de projet : les résultats sont très lents et insignifiants puis ils apparaissent au grand jour et tout le monde demande « comment est-ce possible ? ».

J’imagine que tout cela a l’air simple lorsqu’on lit le résumé :

A partir d’un bilinguisme avec l’espéranto, nos enfants ont atteint un niveau similaire à celui d’un natif en allemand et étudient en allemand. Nos filles ont l’habitude de penser « comment puis-je trouver une solution » au lieu de penser « Ce n’est pas possible ».

Cela a l’air simple et c’est vrai. Pourquoi compliquer la chose ?

La théorie est connue des linguistes depuis les travaux de Grammond (Voir cette série d’articles) mais il manquait un moyen de la mettre en pratique en dehors de quelques familles privilégiées. C’est chose faite.

Le parcours est parsemé de chausses-trappes mais il est désormais balisé par tout ce que je publie sur ce blog et mes autres sites.

En utilisant les bonnes méthodes, nous pouvons changer la façon dont nos enfants constituent leur accès au langage et modifier leur aisance relationnelle et linguistique. C’est simple mais c’est long.

C’est simple mais cela nécessite d’agir quand ils sont jeunes, entre 0 et 5 ans, et avec persévérance pendant une bonne décennie.

Ce temps est passé pour moi. Même si je me mettais à parler français tous les jours, mes enfants resteraient polyglottes. Elles sont sur de bons rails et elles pourront atteindre tout ce qu’elle veulent.

J’ai fait mon devoir.

ouvrez-cerveau-petit Découvrez
les 7 clés pour donner une seconde langue naturellement à votre enfant en vous inscrivant ci-dessous :
pour recevoir des conseils et offres commerciales appropriées pour ouvrir le cerveau de vos enfants à 2 langues. En cadeau, je vous offre mon livre et des interviews inspirants ! Conformément à la loi "informatique et liberté" du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous disposez d'un droit d'accès et de modification de vos données que vous pouvez exercer dans chaque message reçu, et cette liste est déclarée à la CNIL sous le n°1652673.

Ce que vous aviez en tête en arrivant :

  • bogs enfants demarrages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *