browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Le petit bilingue a conscience du bilinguisme

Posted by on 14 août 2013

Suite de l’article consacré au centenaire du livre de Ronjat consacré à l’éducation bilingue de son fils Louis.
Vous pouvez commencer au début en cliquant ici.

Louis est entouré de gens qui comprennent les deux langues mais quelques uns des parents, amis ou domestiques ne comprennent qu’une seule des deux langues.

Jusqu’à ses 20 mois, Louis utilise le mot d’une langue dans des phrases exprimée dans l’autre langue même s’il a conscience d’avoir des couples de mots. Ronjat remarque qu’au cours de la 5ème année, le sens linguistique s’affine et Louis demande désormais au parent comment dis-t-on? le membre d’un couple qui lui manque.

Ronjat témoigne également d’expérience pratiques intéressantes. La famille remplace son personnel de maison germanophone par des francophones ou vice-versa. Louis doit donc s’adapter et parler comme papa ou comme maman aux employés. Lors d’une période de remplacement des germanophones par des francophones, le petit bilingue de 28 mois généralise et s’obstine à parler français à une domestique germanophone pendant toute une journée. Il corrige le lendemain et généralise dans l’autre sens en parlant allemand à tous les domestiques. L’erreur se corrige d’elle même.

Petit bilingue français-allemand

La direction entre allemand et français n’est pas toujours facile à trouver !

Ronjat n’a visiblement jamais caché sa connaissance de l’allemand à l’enfant mais il ne s’adressait qu’en français à lui. L’enfant bilingue est conscient de cet état de fait à 44 mois.

Le petit bilingue passe d’une langue à l’autre

Dès 20 mois, Louis a conscience de posséder deux jeux de vocabulaire distincts. Lors d’un séjour en France avec une domestique germanophone, il s’adresse à elle en allemand et répète en français à l’attention des autres domestiques francophones. On peut considérer qu’il s’agit d’une autointerprétation.
A 30 mois, l’enfant sert d’interprète entre les grand-parents francophones et la domestique germanophone en l’absence de ses parents.

Les rares présences de personnes parlant alternativement les deux langues en s’adressant à lui perturbent le monde bien ordonné de l’enfant. Il a 27 mois quand un ami allemand bilingue séjourne 3 jours dans la famille mais cette personne parle français comme un allophone. Et comble de malheur, il alterne les langues avec l’enfant qui refuse alors de lui adresser la parole. L’anecdote se répète quand il a 40 mois et qu’une dame connue se met à lui parler dans un allemand informe. L’enfant se ferme et refuse de communiquer avec elle. Note : J’ai constaté la même chose avec Jenny qui refusait que sa mère lui parle espéranto.

Ronjat n’a noté qu’une erreur de l’enfant qui s’est adressé en français à sa mère à l’âge de 39 mois. L’enfant a par contre du remarquer de plus nombreuses erreurs des parents, qui ont lieu en société dans des moments où ils ne peuvent pas respecter strictement le régime linguistique, mais l’enfant a toujours répondu en respectant le régime linguistique.
Ces moments d’erreurs en société sont toujours des moments d’émotions car ils transgressent des règles profondément ancrées et qui sécurisent l’enfant. J’ai pour ma part commis ma première erreur récemment, Jenny avait 7 ans et nous hébergions une jeune allemande. Je m’efforçais de réduire la part d’espéranto durant le repas et je me suis adressé à Jenny en français. Elle a immédiatement relevé
Tu m’as parlé français !

Comme elle ne répond pas systématiquement en espéranto, je vais découvrir les conséquences, ou absences de conséquences de cette erreur durant l’été quand nous intensifierons l’usage de sa langue 2. En fait, j’ai constaté qu’elle a encore progressé et joue désormais sans problème avec ses copines croate et écossaise.

Prendre part à la conversation des grandes personnes

Ronjat note que l’enfant prend part à la conversation des adultes en comprenant quelques mots au début de sa 4ème année et c’est concomitant avec la prise de conscience que les parents peuvent comprendre et parler les deux langues. Il note que l’enfant semble désirer compléter son lexique dans les deux langues à cet age et commence à enseigner des mots au personnel de maison.
L’idée abstraite de langue apparaît donc durant la 4ème année. Et engendre de plus en plus d’infractions à la règle une personne, une langue car il faut parfois demander l’avis de plusieurs personnes pour trouver comment dire un lézard en allemand quand l’objet n’est pas devant soi ou quand l’enfant lui même veut passer d’une langue à l’autre parce qu’il interagit entre la mère germanophone et du personnel francophone tout en ignorant le vocabulaire dans les deux langues. Ronjat met ainsi en évidence qu’il devient de plus en plus difficile de respecter une personne, une langue et que l’on verse de plus en plus dans l’interprétation en permanence dans ce type de famille.

Image dédoublée d'un petit bilingue

L’enfant bilingue a 2 identités

C’est ainsi que ces compétences extraordinaires se mettent en place chez le petit bilingue.
à suivre avec les principaux résultats observés par Ronjat.

ouvrez-cerveau-petit Découvrez
les 7 clés pour donner une seconde langue naturellement à votre enfant en vous inscrivant ci-dessous :
pour recevoir des conseils pour ouvrir le cerveau de vos enfants à 2 langues. En cadeau, je vous offre mon livre et des interviews inspirants ! Conformément à la loi "informatique et liberté" du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous disposez d'un droit d'accès et de modification de vos données que vous pouvez exercer dans chaque message reçu, et cette liste est déclarée à la CNIL sous le n°1652673.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *