browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Le petit jeu des familles du monde avec un enfant bilingue

Posted by on 2 novembre 2013
image des cartes du jeu des familles du monde

Les cartes du petit jeu des familles du monde

Le jeu est un excellent moyen d’aider l’enfant bilingue à progresser dans sa langue la plus faible. Dès que je suis seul avec Jenny, je lui propose de lire un livre ou de faire un jeu ensemble.

Des jeux qui intéressent l’enfant

Mais le sous-entendu est que les jeux qu’elle choisit ne m’intéressent pas forcément. Et pourtant, si nous voulons développer les relations avec nos enfants, nous sommes bien obligés de leur accorder un peu d’attention et de nous préoccuper un peu moins de nos tâches d’adulte, n’est-ce pas ?

L’avantage est qu’un jeu est un moyen naturel pour mettre l’enfant en position de s’exprimer et surtout de faire varier les champs lexicaux. A force de se cantonner au vocabulaire du petit déjeuner et du diner, je me doute bien qu’elle connait la cinquantaine de mots routiniers dont elle a besoin pour discuter avec moi en espéranto. A tel point qu’elle serait presque capable de tenir ce genre de conversation en allemand, qui est sa troisième langue.

Le jeu des familles du monde

Ce soir là, Jenny a choisi le petit jeu des familles du monde. Qu’est-ce que c’est que ce truc que je ne connais pas ? Il faut voir le bon côté des choses. Ayant la tête ailleurs et ne connaissant pas les règles du jeu, je lui demande de me les expliquer.

Et la voilà partie à décrire comment on échange les cartes pour constituer des familles avec

  • le père
  • la mère
  • le garçon
  • la fille

C’est un peu vieillot et macho mais ces cartes représentent 8 familles. Une par continent.
Et comme il faut s’échanger des cartes, vous avez besoin d’être d’accord sur la façon de nommer chaque famille car elles sont figurées par des pictogrammes.

Et comme Jenny a toujours joué en français, il règne un certain flottement. S’agit-il d’une famille japonaise ou chinoise ? Pas évident à distinguer sur la base de 4 cartes ! Comment lui expliquer la différence entre les indiens d’Amérique et les indiens d’Inde ?

J’utilise le terme Barato pour désigner l’Inde mais elle ne le connait pas, bien évidemment. C’est donc une excellente occasion de faire un peu de géographie même si les cartes donnent quand même pas mal dans les clichés quand au mode de vie de chaque peuple.
De manière assez étrange, la carte qui présente la famille européenne est qualifiée d’italienne par Jenny mais je ne saurai pas si l’idée vient d’elle, de sa mère ou de ses sœurs. Les cyprès qui bordent le chemin sont peut-être à l’origine de ce choix.

Les enseignements de ce jeu

Les jeux les plus simples sont parfois les meilleurs pour développer le bilinguisme à conditions que vous sachiez conduire le développement du jeu. A chaque pictogramme ou dessin que j’aperçois sur une carte, je demande une explication pour l’obliger à décrire ce qu’elle voit.

Quand les cartes sont en rapport avec une autre réalité que celle du quotidien de l’enfant, il lui manque forcément des mots. Ce sont des occasions d’introduire du vocabulaire qu’il va retenir car il est appris dans le contexte d’une activité qui l’intéresse et qu’il a choisi.

Si on m’avait demandé mon avis, ce soir là j’avais des choses autrement plus sérieuses à faire que d’échanger des cartes ! Pourtant, ce n’est certainement pas ainsi qu’elle perçoit les choses. Et une fois de plus, un des ingrédients de la recette est le fait que nous sommes seuls. Les sœurs et la mère ne sont pas là pour remettre le français au premier plan. Elle utilise l’espéranto de manière soutenue et efficace, quitte à chercher et parfois inventer des racines pour s’exprimer coûte que coûte.

Et je remarques quelques autres apports : elle n’utilise pas les bonnes racines pour certains verbes. Elle touille les cartes au lieu de les mélanger. Si je ne passais pas de temps avec elle, je ne pourrais pas recaler ce genre de dérive.

Les jeux du genre 7 familles que l’on joue à 2 me semblent conduire à une égalité assez fréquente entre les joueurs. Logiquement, nous nous retrouvons avec 4 familles chacun sachant que celui qui a une bonne mémoire peut simplement mémoriser les cartes dont dispose l’autre et les demander dans le bon ordre à la fin. Au moins, je n’ai pas besoin de gérer une crise parce qu’elle a perdu.

En conclusion

Apprenez à jouer et à introduire subtilement les mots les plus divers pour enrichir le vocabulaire de la langue la plus faible de l’enfant.

Au fait, j’ai depuis lu les règles du jeu. Elles n’ont rien à voir avec la version 7 familles qui plait tant à Jenny. Il s’agit plutôt d’un mémory à 4 cartes qui se joue avec les cartes face cachée sur la table. Peu importe, nous avons atteint l’objectif par un autre chemin.

ouvrez-cerveau-petit Découvrez
les 7 clés pour donner une seconde langue naturellement à votre enfant en vous inscrivant ci-dessous :
pour recevoir des conseils pour ouvrir le cerveau de vos enfants à 2 langues. En cadeau, je vous offre mon livre et des interviews inspirants ! Conformément à la loi "informatique et liberté" du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous disposez d'un droit d'accès et de modification de vos données que vous pouvez exercer dans chaque message reçu, et cette liste est déclarée à la CNIL sous le n°1652673.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *