browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Je répare la roue de mon vélo

Posted by on 5 septembre 2015

Avant hier, au moment de partir au travail, je remarque qu’un lutin a dégonflé la roue arrière de mon vélo dans la nuit.

Je n’ai rien pour réparer mais je peux continuer à rouler. Quand je regonfle, la pression tient tout le nuit mais quand je circule, je perds de l’air petit à petit. Le trou doit être insignifiant et difficile à trouver. J’ai envie de savoir pourquoi et où même si je vais remplacer par une chambre à air toute neuve.

Ce matin, je me mets au travail, enlève le pneu et me rends dans la cuisine avec la chambre à air sous pression.

Je la plonge dans cuvette remplie d’eau et je commence à chercher le trou. Rien de plus classique mais cela arrive désormais si rarement de crever que je pense qu’il serait intéressant de montrer à mes filles ce qu’il faut faire.

J’appelle Jenny pour qu’elle vienne me voir. Je lui explique la situation en espéranto.

Une réparation de roue des plus classiques

Mi havas truon en tiu aertubo.

Je n’ai pas cherché le terme exact pour « chambre à air » mais ce n’est pas grave. L’espéranto présente cette flexibilité qui rend possible de créer le vocabulaire à la volée sans se soucier des conséquences. Pour l’impliquer, je pose la question

Kiel mi scios ke mi estas trovinta la truon ? (Comment va-t-on voir lorsque j’aurai trouvé le trou ?)

A 9 ans, ses notions de physique sont assez vagues. Je précise que la fuite montrera de l’air sous pression qui va faire des bulles dans l’eau.

Et j’utilise volontairement le terme Vezikoj pour bulle car je sais qu’elle regarde souvent un dessin animé qui utilise bobeloj, un terme qui n’est pas correct. J’ai donc besoin de renforcer le terme exact.

Après quelques minutes, je trouve un trou insignifiant et Jenny repart à ses occupations.

C’est alors qu’Amy rentre du lycée.

Amy complète les champs lexicaux et donne le terme en français

J’entends Jenny qui lui raconte, en français, ce que je suis en train de faire.

C’est la situation idéale pour avoir le retour d’information sur ce qu’elle a compris.

C’est amusant de l’entendre parler de « tube à air » car elle n’a pas le terme « Chambre à air » correspondant. Ses explications étaient un peu fumeuses mais Amy comprend toutefois de quoi il s’agit. Elle reformule avec les termes corrects en français.

Moralité : Vous pouvez compter sur la fratrie pour compléter les champs lexicaux dans la langue la plus forte. Cela prendra peut-être un peu de temps mais selon la force de la langue dominante, vous pouvez obtenir ce résultat en quelques minutes.

N’ayez pas peur pour le niveau des enfants dans la langue la plus forte !

 

 

ouvrez-cerveau-petit Découvrez
les 7 clés pour donner une seconde langue naturellement à votre enfant en vous inscrivant ci-dessous :
pour recevoir des conseils pour ouvrir le cerveau de vos enfants à 2 langues. En cadeau, je vous offre mon livre et des interviews inspirants ! Conformément à la loi "informatique et liberté" du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous disposez d'un droit d'accès et de modification de vos données que vous pouvez exercer dans chaque message reçu, et cette liste est déclarée à la CNIL sous le n°1652673.

One Response to Je répare la roue de mon vélo

  1. Konrad Fischer

    la pression tient tout le nuit
    Mi pensis : la pression tient toute la nuit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *