browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Une héroïne bilingue pour enfants de 3 à 6 ans

Posted by on 16 novembre 2013

Le tour du monde des bilingues fait escale aujourd’hui en Allemagne, où j’ai interviewé Hélène, dont les deux enfants sont bilingues de naissance. Hélène a créé des albums bilingues pour enfants bilingues que je vous présente dans la transcription de l’interview.


Vous pouvez écouter le fichier directement en cliquant sur le bouton « écouter », ou le télécharger en cliquant sur « télécharger ».

Voici une transcription in extenso du dialogue.

Cyrille, le praticien du bilinguisme :Bonjour Hélène, merci d’accepter l’interview dans le cadre Tour du monde des bilingues. Est-ce que vous pourrez présenter votre famille ?

Hélène : Oui, tout à fait. Donc bonjour ! Merci de m’avoir accordé quelques minutes pour cet entretien. Donc mon nom est Hélène Oldendorf et je suis née en France, à Paris de parents monolingues et ça fait 11 ans que j’ai déménagé, que j’habite en Allemagne avec un allemand. On s’est marié et on a deux merveilleux enfants qui s’appellent Sarah et Victor. Sarah a 6 ans et demi et mon fils Victor a 4 ans. Voilà ils sont tous les deux bilingues français et allemand donc.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Quel est le régime linguistique ? Si les enfants sont bilingues, je suppose, c’est parce que vous l’avez voulu ?

Hélène : Oui, bien évidemment, c’est une grande richesse que d’être bilingue à notre avis. Donc dès le départ de notre relation avec mon mari, même quand on n’avait pas encore d’enfants, il était clair que si on fondait une famille, on allait leur parler notre langue, chacun notre langue maternelle. Il n’était pas question pour moi, même vivant en Allemagne, de renoncer à ma langue et mon mari ne parle pas très bien le français. Donc il était clair pour lui aussi qu’il continuerai à parler en allemand. Donc le bilinguisme a été un sujet évident pour nous dès le départ bien avant l’arrivée des enfants. Et voilà et dès la naissance, vraiment c’est venu de manière très naturelle, je leur ai parlé français, mon mari leur a parlé allemand. Voilà donc ils ont une langue maternelle et en effet une langue paternelle.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : L’ainée a 6 et demi, d’après ce que j’avais vu.

Hélène : …c’est ça…

Cyrille, le praticien du bilinguisme :…donc aujourd’hui, est-ce qu’elle vous répond en français ou est-ce que…comment ça se passe ?

Hélène : Alors j’ai beaucoup de chance, j’ai une petite fille qui parle très bien le français. Je pense pouvoir dire qu’elle le parle presque comme si c’était une petite française en France. En fait, elle a vraiment un très bon niveau. Elle parle très clairement, elle a pas mal de vocabulaire, et pour l’instant, je dis bien pour l’instant, parce que je sais qu’on est à l’âge où ça peut changer avec la rentrée en CP, pour l’instant, elle me répond uniquement en français. Moi je ne m’adresse à elle qu’en français même si autour de nous, il y a des allemands, même si on est dans un environnement germanophone qui ne comprend pas ce que moi, je vais dire à ma fille. Tant pis, je ne m’en fais pas cas, et je m’adresse à ma fille vraiment en français et elle me répond en français, pareil, quitte à traduire pour ses petites copines ou pour les grands parents allemands, quand ils sont présents dans la pièce pendant la conversation mais entre elle et moi, il n’y a que le français et pour l’instant elle n’a pas encore dérogé à cette règle, pour ainsi dire, elle ne me parle qu’en français, pour l’instant. Voilà.

enfant bilingue avec grand parent

Les grand-parents peuvent être un atout ou un frein au bilinguisme précoce.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Je ne pense pas qu’elle dérogera. Le plus dur, c’était effectivement de s’asseoir sur ce qu’en pensent les autres (rire).

Hélène : Oui, complétement. Je sais que pour les gens qui me connaissent, ils sont habitués. Ils savent que ma langue maternelle est pour moi très importante. Donc ils le respectent mais c’est vrai que, quelquefois on dit que, enfin, là on n’a pas compris, traduis-nous, pourquoi tu ne lui parles pas en allemand, ce serait plus facile et tout le monde comprendrait. Donc oui, c’est évidemment quelquefois on a le regard des autres, on a les grands parents allemands qui ne comprennent rien, on a le silence autour de nous. Tout le monde s’arrête de parler, voilà, en essayant de comprendre et personne ne comprend. Donc c’est vrai qu’il y a des silences un peu gênés et des silence un peu pesant quelquefois mais ça reste l’exception et pour l’instant, voilà pour moi, il est évident que ma langue maternelle, c’est la seule langue que je parle et que je parlerai avec mes enfants. Et il est évident pour eux, pour l’instant, que le français c’est vraiment la seule langue de communication qu’’ils aient avec moi. Pour l’instant, le regard des autres, on en fait pas trop de cas, sachant que le bilinguisme est quand même ici dans notre région (ndt : Près de la frontière française) assez bien vu et considéré plus comme une richesse que comme un problème .

Cyrille, le praticien du bilinguisme : C’est vrai que c’est un facteur qui favorise votre projet.

Hélène : Oui, complétement. On habite pas loin de la frontière française, déjà on connaît beaucoup de couples franco-allemand qui ont tous des enfants bilingues. Déjà on évolue dans cet environnement, je travaille pour une multinationale, donc il y a beaucoup d’étrangers, on a beaucoup d’amis aussi, qui viennent de tous les horizons, de tous les pays, de tous les continents, qui eux aussi ont des enfants bilingues, quelle que soit la combinaison de langues. Donc les enfants, voilà, ont la chance de ne pas être isolés dans leur bilinguisme et vraiment d’avoir affaire à une population de bilingues finalement qui est loin d’être majoritaire mais en tout cas, qui est présente dans leur quotidien. Et donc, c’est vrai que pour nous ça nous facilite le travail. On fait complétement abstraction d’un commentaire négatif ou d’un commentaire un petit peu pessimiste sur le bilinguisme.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : A l’école, les enfants utilisent uniquement l’allemand ?

Hélène : Uniquement l’allemand, oui. Ils ont un petit peu d’anglais le matin mais ça c’est dans le cadre scolaire normal, sinon c’est vraiment, il sont scolarisés tous les deux, donc mon fils il est à l’école maternelle, au jardin d’enfants, le Kindergarten allemand, et mais ma fille vient de rentrer en CP, en première classe comme on dit ici en Allemagne, en allemand uniquement.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Alors, comment se passe l’apprentissage, l’appréhension de l’écrit pour une petite bilingue qui arrive en première classe ?

Hélène : Pour l’instant cela se passe bien. Bon, elle a été scolarisée en jardin d’enfants germanophones où elle entendait parler toute la journée uniquement en l’allemand. Donc elle était arrivée vraiment en CP avec un bon niveau d’allemand ce qui n’est pas forcément le cas quand on est bilingue. Voilà, mon mari ne lui parle qu’en allemand. Donc son niveau d’allemand est très bon. Pour l’instant, elle n’a aucun retard à rattraper, aucun désavantage malgré les deux langues. En fait, ça se passe très bien. Elle apprend à lire et à écrire uniquement en allemand sachant que moi, une heure par semaine, je prends le temps de m’isoler avec elle, de prendre donc cette heure, qui est importante pour nous deux, pour suivre en parallèle le programme de CP français. J’ai acheté un livre d’un grand éditeur parascolaire en France, ensuite, toutes les deux, on fait toutes les deux le programme de CP. Il est bien évident que je ne peux pas faire en une heure ce que les CP français font en une semaine, mais mon but est quand même de lui faire acquérir un certain nombre de règles d’orthographe, de règles de grammaire, de règles basiques pour que, voilà, elle sache lire et écrire le français parce qu’elle le parle bien. Mais la parole, ce n’est pas tout, je pense que ce n’est malheureusement pas assez de le parler, voilà, j’aimerais aussi qu’elle écrive sans faute et qu’elle puisse le lire couramment. Donc pour l’’instant cela se passe bien, elle lit très bien l’allemand, écrit comme une enfant de CP, elle n’a que trois mois de CP derrière elle, donc évidemment elle continue à faire de fautes etc, donc c’est normal, cela n’a rien à voir avec le bilinguisme…

Cyrille, le praticien du bilinguisme :…c’est le cas également des monolingues…Est-ce votre mari parle Hochdeutsch ou est-ce qu’il parle une forme différente  ?

Hélène : Non, il parle l’allemand, il vient du nord de l’Allemagne, donc j’ai aussi, je ne veux pas dire de la chance mais je suis contente de ça, en tout cas il n’a pas d’accent, il ne parle aucun dialecte. Donc mes enfants, tous les deux, apprennent vraiment le Hochdeutsch comme vous venez de le dire. Donc sans accent, sans faute d’allemand, et sans dialecte.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Comment ça se passe quand vous voulez lire des livres, quand l’enfant choisit un livre qu’il apprécie et qu’il n’ y a pas forcément la langue que personnifie les parents (rire) ?

Hélène : Oui, alors c’était plusieurs fois un débat chez nous, sachant que la question est rapidement réglée parce que mes enfants ne me proposent que des livres à lire en français. Dans leur bibliothèque, ils ont une étagère avec des livres en français, une étagère avec des livres en allemand, et étant déjà très petits et sans savoir même lire, ils ont tout de suite su en quelle langue était tel livre, en quelle langue était telle histoire. Et pour eux, il est évident qu’ils ne vont pas me réclamer une histoire en allemand parce qu’ils savent que je ne lis pas en allemand même si je le parle très bien et très couramment. Je ne lis pas en allemand, voilà, ce n’est pas ma langue maternelle. Donc ça, c’est le travail de mon mari. Donc quand ils veulent lire une histoire en allemand, donc on attend que papa rentre à la maison et qu’ils lise l’histoire. Voilà, l’inverse est vrai, quand je suis absente le soir où le weekend, ils savent qu’ils n’auront pas forcément le livre qu’ils désirent lire mais ils auront un livre que papa peut lire et le livre sera forcément en allemand.

Cyrille, le praticien du bilinguisme :Ce sont deux grandes langues, je suppose que vous n’avez pas trop de problème pour vous fournir en livres (rire) ?

bilinguisme frontière

Clara passe la frontière pour aller chercher des livres ?

Hélène : Non, ça va, je ne suis pas loin de la frontière, les livres en allemand, on en a ici, les livres en français, je vais m’approvisionner à Strasbourg régulièrement, ou bien moi avec internet, c’est vrai que il est quand même bien plus facile maintenant de recevoir des livres dans une langue étrangère quel que soit son lieu de résidence.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : J’ai vu que vous aviez écrit des livres pour des 3-6 ans. Est que vous pouvez nous en parler ?

Des albums bilingues qui relatent les aventures d’une enfant bilingue !

Hélène : Oui, bien sûr. C’est mon troisième enfant pour ainsi dire, cette petite fille qui s’appelle Clara, qui est dans le livre qui a donc 5 ans. Voilà, une héroïne qui est toute nouvelle dans le monde de la littérature enfantine puisque les livres ont été publiés en France le 5 septembre seulement. Donc ça fait quelques semaines. C’est un projet que je suis très contente d’avoir réalisé, il est né d’une grande amitié déjà avec mon amie Julie Martin qui a illustré ce livre. Il est né il y a trois ou quatre ans déjà lors d’une conversation téléphonique entre amies. On parlait du bilinguisme, elle même est maman, mon amie Julie, elle habite à Nantes. Elle est maman de trois enfants, qui eux ne parlent que le français, ils sont monolingues. Malgré tout, elle s’intéresse aux langues étrangères et donc on parlait du bilinguisme mais on s’est dit que ce serait très bien d’avoir des livres bilingues. On en a surtout avec l’anglais, il y a beaucoup de livres français-anglais, le texte en français à gauche, le texte en anglais à droite. Mais moi, ce qui me manquait dans la littérature enfantine, c’est vraiment une héroïne ou un héros, en l’occurrence, c’est devenu une héroïne, qui elle-même soit bilingue et qui elle-même aborde le sujet du bilinguisme dans ce livre, dans les histoires qu’elle raconte et dans son quotidien dans ce qu’elle vit.

album bilingue

Clara est une héroïne bilingue qui aborde le bilinguisme.

Alors voilà, c’était il y a trois ans, trois ans et demi, et voilà, un soir alors que je n’avais jamais écrit, je n’avais jamais écrit d’histoire, je n’avais jamais écrit de livres, je m’étais contenté de les lire à mes enfants. J’adore lire, donc on a beaucoup de livres à la maison. Donc voilà, voilà j’étais la première surprise, j’ai pris un crayon, un papier et j’ai écrit ma première histoire de cette petite fille qui s’appelle Clara. Et c’est devenu donc le livre, le premier album qui vient de sortir à savoir Clara a deux pays, et donc j’avais créé ma petite héroïne.
Le lendemain, j’ai envoyé mon texte à mon amie Julie qui nous a fait un formidable dessin et c’est comme ça que Clara est née. Donc le but, c’était déjà d’avoir dans la littérature jeunesse une héroïne qui elle-même est bilingue, donc non seulement un livre bilingue mais une héroïne elle-même bilingue. C’était le plus important. Et après, ce qui était important pour moi, surtout en tant que maman de bilingue, on vient justement d’aborder le sujet des langues et des histoires qui ne sont pas forcément disponibles dans la langue du parent qui est présent, pour moi, ce qui était important, c’est qu’il y ait dans un livre deux fois la même histoire dans les deux langues. Voilà. Donc, on a beaucoup travaillé sur ce projet, et on a finalement édité cette collection et il y a déjà trois histoires qui sont sorties. On espère en publier trois autres l’année prochaine. C’est la collection Recto verso. Donc au recto d’un côté du livre, il y a l’histoire en français, et quand on retourne le livre, il y a l’histoire dans l’autre langue, en l’occurrence l’allemand, l’anglais ou l’espagnol puisque ces titres sont disponibles en trois combinaison de langue.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : D’accord, donc c’est une bonne idée. J’ai publié récemment un article qui relatait un soir où ma plus jeune fille a fait une traduction à vue d’un…enfin, j’étais censé faire une traduction à vue d’un livre en français, puis je trouvais qu’elle se débrouillait relativement bien, voire excellemment bien jusqu’à ce que je me rende compte que ma femme avait déjà traduit le livre (rire).

Hélène : D’accord !

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Donc, on voit bien le besoin de livre bilingue des fois quand on est fatigué, quand on n’a pas envie de faire de traduction à vue (rire).

Hélène : Voilà, complétement, complétement.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Hélène, merci beaucoup pour cette interview et c’est un vrai plaisir de voir qu’il y a désormais des livres qui s’adressent vraiment au besoin des parents de couples binationaux.

Hélène : Je vous remercie et ce livre est vraiment un beau projet, et je tiens à le souligner, on a un éditeur extra qui a fait vraiment du très bon travail et qui nous a fait confiance parce que ce n’est pas évident de publier des livres comme ça, qui ne s’adressent pas forcément à la majorité des enfants, à la majorité des lecteurs, voilà c’est devenu vraiment un beau livre recto verso avec un concept vraiment intéressant, des illustrations superbes et très colorées comme les langues, comme le monde, comme les pays. Voilà. Donc vraiment, si vous voulez, cette petite héroïne est très mignonne et on espère selon le succès rencontré, éditer des livres et des histoires dans d’autres combinaisons de langues. Pourquoi pas l’italien, l’arabe, ou autres langues, le portugais. Enfin, on verra bien. Évidemment d’autres titres qui, si voilà nos moyens nous le permettent, seront en vente l’année prochaine.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Eh bien c’est toujours le malheur qu’on vous souhaite (rire)…

Hélène :…voilà (rire). Merci .

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Merci beaucoup.

Donc, si vous ne savez pas quel cadeau offrir à Noël à une famille bilingue, vous pouvez essayer « Clara a 2 pays » 🙂
En anglais

En allemand

En espagnol

Et en espéranto, seriez-vous prêt à acheter une version en langue internationale ?

ouvrez-cerveau-petit Découvrez
les 7 clés pour donner une seconde langue naturellement à votre enfant en vous inscrivant ci-dessous :
pour recevoir des conseils pour ouvrir le cerveau de vos enfants à 2 langues. En cadeau, je vous offre mon livre et des interviews inspirants ! Conformément à la loi "informatique et liberté" du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous disposez d'un droit d'accès et de modification de vos données que vous pouvez exercer dans chaque message reçu, et cette liste est déclarée à la CNIL sous le n°1652673.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *