browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Leçon de grammaire à la pleine lune

Posted by on 17 janvier 2014
ruines église pénombre

Passer près des ruines dans la pénombre peut être dangereux.

 

La grammaire n’intéresse pas vos enfants et ce n’est pas en les collants devant un tableau noir pour une leçon particulière que vous allez les motiver pour utiliser une deuxième langue maternelle ! Comment faire passer la grammaire de manière naturelle ?

Je ne fais jamais de leçon de grammaire

En rentrant du travail ce soir, je ne m’attendais pas à ressortir de notre appartement quand soudain, mon épouse s’exclame :

Zut, j’ai oublié Jenny à la danse.

Je me dévoue, je remets mes chaussures et je repars dans le froid et la nuit pour 10 minutes de marche jusqu’à l’école de danse et de musique. J’arrive légèrement après la fin du cours de danse mais je ne suis pas en retard car Jenny est en train d’amuser la galerie, et surtout les adultes qui ont cours juste après et se changent dans le même vestiaire que les petites. Jenny est en train de chanter en allemand ! Elle m’étonnera toujours.

Ce soir, Jenny chante en allemand

L’allemand n’est pourtant que sa troisième langue. Quand l’enfant bilingue est parti dans une langue, c’est le moment d’entretenir le mouvement et de le pousser à utiliser cette langue. Mais mon allemand est trop faible pour pouvoir entretenir le niveau.
Je la presse donc de se dépêcher, en espéranto, la seule langue que j’utilise vraiment avec elle.

Je ne rate jamais une occasion d’enseigner la grammaire

Dehors, je remarque que c’est la pleine lune. Je ne sais pas si la lune a quelque chose à voir avec son humeur mais elle réagit bien quand je lui dit

  • Tu as vu, c’est presque la plein lune ?
  • Non, c’est la pleine lune car elle est toute éclairée.

C’est un truc habituel que vous pouvez utiliser également. Ne commentez jamais de manière à ce que l’enfant puisse répondre par oui ou par non. Si vous intervenez de manière à laisser la porte ouverte à la discussion, vous obtenez plus de production langagière. Et quand l’enfant parle, vous apprenez plein de choses et vous pouvez rebondir.

Chemin faisant, je lui demande de raconter sa journée à l’école. (Le dialogue a lieu en espéranto).

  • Kion vi faris en la lernejo (Qu’est-ce que tu as fait à l’école ?)
  • Ni legis rakonton, la magia supo (Nous avons lu une histoire, la soupe magique)

Je viens d’obtenir une auto-interprétation du récit de sa journée. Elle l’a vécu en français, elle l’a raconte maintenant en espéranto. Plutôt pas mal comme début ! C’est ainsi qu’elle peut compléter ses champs lexicaux et étendre son vocabulaire. Si elle s’exprime par rapport à l’école, c’est l’école qui décide de quoi parler. Si je faisais l’inverse, elle ne parlerait que des choses dont elle connait le vocabulaire.

Leçon de grammaire improvisée

Et la discussion tourne rapidement en cours de grammaire car le sujet s’y prête bien.

  • Pri kio temas tiu rakonto ? (De quoi parle cette histoire ?)
  • Estas knabino kiu iras ĉe maljuna virino kiu havas magian poton (C’est une petite fille qui va chez une vieille dame qui a un pot magique)
  • Kial la poto estas magia ? (En quoi le pot est magique ?)
  • La virino diras Cuit petit pot kaj ĝi kuiras. Poste ŝi diras Arrête petit pot kaj ĝi haltas (La dame a un pot à qui elle ordonne de cuire ou d’arrêter)

C’est intéressant de constater qu’elle raconte en espéranto mais qu’elle cite le récit dans les termes originaux, en français. Par le passé, ce simple fait de citer aurait provoqué le basculement vers sa langue la plus forte. Un palier a été franchi récemment, vraisemblablement l’été dernier quand elle a passé 3 semaines avec ses copines croates et allemandes à ne parler qu’espéranto.

J’entretiens la conversation en demandant des précisions.

Des phrases grammaticalement justes mais imprécises

Je demande simplement ce qui se passe ensuite et Jenny me sert des exemples parfaits pour continuer.

  • Ŝi revenis al ŝia domo (Elle est revenue dans sa maison ? La sienne ou celle de la dame ? Le français ne fait pas cette distinction mais l’espéranto est plus précis.)
  • Kiu revenis al kiu domo (Qui est revenue dans quelle maison ? En espéranto, ce possessif peut être réflexif et signifier que la petite fille revient dans sa maison à elle, ou être un simple possessif, ce qui signifie que la petite fille revient dans la maison de la vieille dame. J’insiste sur ce point car je sais que Jenny ne maitrise pas le réflexif. Je soupçonne que ce qu’elle dit n’a pas le sens qu’elle souhaite exprimer. Voici une occasion en or de lui faire préciser par le sens de ses phrases mais sans expliquer la règle grammaticale qui ne l’intéresse pas !)
  • La knabino revenis al ŝia domo (La petite fille est revenue dans sa maison)
  • Mi ne komprenis, la knabino revenis al la domo de la virino ? (Je n’ai pas compris, la petite fille est revenue à la  maison de la vieille dame ?)
  • Ne, la knabino revenis al la domo de sia patrino (La petite fille est revenue dans la maison de sa mère, cette phrase est correcte mais je veux être sûr qu’elle comprend la nuance et n’a pas mis ce nouveau réflexif de manière hasardeuse)
  • La knabino revenis al la domo de la patrino de la maljuna knabino ? (Je propose donc une phrase fausse)
  • Ne, la knabino revenis al la domo de sia patrino

C’est bon, elle a compris ce qu’elle dit. J’explique maintenant une dernière fois la règle du réflexif pour l’aider à figer cette notion dans sa mémoire. A force discuter, nous voilà près des ruines où l’on ne voit rien et où elle aime couper tout droit, par le pré, pour atteindre notre résidence.

Sauf qu’il fait nuit, la pleine lune ne suffit pas à repérer les crottes de chien, et je ne veux pas prendre le risque d’avoir à nettoyer les chaussures. J’impose de rester sur le sentier qui est dans la pénombre lunaire.

Et c’est reparti pour une leçon de grammaire sur la double négation

  • Mi ne plu vidas nenion ĉi tie (Je ne vois plus rien ici. La phrase contient 2 négations en français mais c’est incorrect en espéranto)
  • Nenio jam signifas ke vi ne vidas, do vi ne bezonas diri ne plu(Nenio signifie déjà la négation, tu n’as pas besoin de dire ne plus)

Malgré la pénombre, vous voyez clairement l’influence de sa langue maternelle la plus forte, le français, sur son expression dans sa langue paternelle, l’espéranto. N’ayez pas de soucis à propos de la langue la plus forte chez votre enfant mais ne ratez aucune occasion de donner vie à la grammaire dans la seconde langue.

Finalement, Jenny chante en anglais !

La pleine lune doit avoir son effet car Jenny se met à chanter en anglais quand nous arrivons enfin.

En 10 minutes, cette enfant de 8 ans a utilisé 4 langues pour s’exprimer.

Et chez vous, comment faites-vous pour donner une âme à vos leçons de grammaire ?

ouvrez-cerveau-petit Découvrez
les 7 clés pour donner une seconde langue naturellement à votre enfant en vous inscrivant ci-dessous :
pour recevoir des conseils pour ouvrir le cerveau de vos enfants à 2 langues. En cadeau, je vous offre mon livre et des interviews inspirants ! Conformément à la loi "informatique et liberté" du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous disposez d'un droit d'accès et de modification de vos données que vous pouvez exercer dans chaque message reçu, et cette liste est déclarée à la CNIL sous le n°1652673.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *