browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Emprunt de langue à langue

Posted by on 5 juillet 2013

Suite de l’article consacré au centenaire du livre de Ronjat consacré à l’éducation bilingue de son fils Louis.

Vous pouvez commencer au début en cliquant ici.

Le vocabulaire migrateur

Selon les époques, Louis introduit des mots d’une langue dans des phrases dans l’autre langue en les adaptant phonétiquement. Je n’ai pas personnellement rencontré d’emprunt d’une langue à l’autre parce que l’équilibre entre les deux langues est chez nous moins accompli que dans le cas de Louis. Nos filles se sont tues plus longtemps dans leur langue 2.

Par contre, chez nous, les enfants se sentaient autorisé à créer le mot en espéranto à partir du français, des emprunts, ce qui fonctionne parfois et conduit à des situations étonnantes. Jenny peut-être obstinée et voir sa certitude confirmée par une obscure page de dictionnaire.

image du grand dictionnaire français espéranto

Le dico lui donne parfois raison, ce qui prouve qu’ils ont été au moins 2 à avoir la même idée !

A-t-elle une mémoire extraordinaire ou simplement de la chance ?
Ce n’est qu’à partir de 7 ans qu’elle commence parfois à introduire de l’espéranto dans son discours français pour des formes proches. Il arrive ainsi qu’un denove viennent prendre la place de de nouveau uniquement si elle a parlé suffisamment espéranto avant de basculer en français à l’arrivée de sa mère.

Ronjat présente des exemples de mauvaise formation des composés allemands, comme Bankfuss au lieu de Fussbank avec l’inversion des racines.

 

C’est un phénomène que je connais bien car on le retrouve également entre l’espéranto et le français. Les calques apparaissent chez Louis aux alentours des 60 mois. Un grand classique des bilingues français-allemand est le fameux j’attends sur toi comme calque de Ich warte auf dich. L’expression de l’âge réserve également de savoureuses et répétitives erreurs dans ce couple de langue.

Dans mon cas, ce besoin d’exprimer son âge me servait à mesurer la capacité à se distancier du français, car l’espéranto est assez souple pour permettre les deux formes d’expression, Mi havas 6 jarojn à la française ou Mi estas 6 jaraĝa à l’allemande ou encore plus court Mi estas 6. C’est un bon marqueur de la maturité de l’enfant dans l’usage économe de la langue. On pourrait également s’exprimer sous forme d’un verbe conjugué en disant Mi sesjaraĝas mais je ne l’ai jamais entendu dans la bouche d’un enfant.

La syntaxe adaptée

Ronjat constate que les premières phrases de Louis sont des répétitions de phrases juxtaposant des mots ou reprenant des phrases entendues. On parle aujourd’hui d’écholalie pour ce phénomène de répétition. A partir de 20 mois, Louis fait des phrases plus complexes et dont le verbe n’est plus systématiquement à la fin.
L’ordre des adjectifs est parfois adapté d’une langue à l’autre, avec rouge vin calqué sur rotwein. C’est un phénomène que j’ai également rencontré si ce n’est que l’espéranto est très libre sur la place de l’adjectif, à la condition que l’accusatif soit correct. Je n’ai relevé que de rares libertés avec le français qui faisaient suite à des périodes d’usage intensif de leur langue 2. Et parfois tout simplement suite au visionnage d’un film en espéranto durant plusieurs heures.

Ronjat constate également que son fils ne se trompe pas en allemand parce que la place de l’adjectif est beaucoup plus régulière alors qu’il doit fréquemment corriger dans les énoncés français. J’y vois une preuve que le logique d’une langue et sa régularité ont une influence sur l’effort nécessaire, même pour le locuteur natif, pour atteindre le niveau que le groupe considère comme correct. Et dans ce domaine, les qualités de l’espéranto sont indéniables, n’en déplaise à certains linguistes qui s’obstinent à décrier l’espéranto sans pourtant n’avoir jamais pensé ou même prononcé la moindre phrase dans cette langue.

L'effet de l'espéranto sur l'apprentissage

Changer la forme de la courbe signifie « accélérer » grâce à l’espéranto

Quand à la place du verbe, Ronjat fait la même constatation que pour la place des adjectifs, mais de manière inverse. Louis produit les mêmes erreurs, durant 50 mois, que les monolingues germanophones quand à la position des verbes allemand en hypotaxe. J’utilise volontairement ce terme car je viens de le découvrir. Il faut dire que j’ai eu tellement de mal à admettre qu’on mette le verbe à la fin des subordonnées dans la langue de Goethe, que je ne peux m’empêcher de me venger ! Ronjat constate une forte influence de cette structure sur les erreurs que son fils commet en français.

à suivre avec la conscience du bilinguisme chez le petit bilingue

ouvrez-cerveau-petit Découvrez
les 7 clés pour donner une seconde langue naturellement à votre enfant en vous inscrivant ci-dessous :
pour recevoir des conseils pour ouvrir le cerveau de vos enfants à 2 langues. En cadeau, je vous offre mon livre et des interviews inspirants ! Conformément à la loi "informatique et liberté" du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous disposez d'un droit d'accès et de modification de vos données que vous pouvez exercer dans chaque message reçu, et cette liste est déclarée à la CNIL sous le n°1652673.

One Response to Emprunt de langue à langue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *