browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Acquérir deux langues est un jeu d’enfant

Posted by on 7 juin 2013

Suite de l’article consacré au centenaire du livre de Ronjat consacré à l’éducation bilingue de son fils Louis.

Acquisition de deux systèmes articulatoires distincts chez l’enfant bilingue

Louis prononce ses premiers mots à 8 mois et parle à 12 mois en allemand. Les premiers mots en français viennent à 15. Les deux systèmes articulatoires sont distincts dès le début et acquis en prononçant des groupes de mots, avec les altérations propres à chaque phonème. Quand un phonème commun aux deux langues est altéré, il l’est dans les deux langues simultanément.

Même si Ronjat ne souligne pas ce fait, cette constatation est assez logique. L’enfant n’apprend pas deux langues mais apprend à parler. Il apprend donc tous les phonèmes dont il a besoin dans toutes ses langues.
La prononciation de Louis est d’ailleurs celle d’un enfant indigène, quelle que soit la langue. Ronjat détaille les approximations de l’enfant, les temps d’essai entre les sourdes douces, les sourdes aspirées ou non aspirées et des considérations sur les occlusives. Ces passages sont typiques des écrits de linguistes pour les linguistes. Pour nous qui cherchons le concrêt et ce qu’il y a lieu de faire en pratique, la conclusion est simple : L’enfant a deux jeux d’articulation et chacun va dans la case papa ou maman. Ronjat note une conscience du bilinguisme au 40ème mois et la stabilisation de la prononciation de certaines voyelles. Je pense qu’il suffit de présenter de bons modèles et d’être patient. Et dans mon cas, je dois encore attendre. Même à 7 ans, Jenny parle encore espéranto de manière plate et monocorde comme un francophone.

Développement phonétique parallèle et tendances phonétiques générales se manifestant dans les deux langues

Ce chapitre présente moult considérations phonétiques sur l’assimilation progressive de la prononciation chez l’enfant. Je suis étonné que Ronjat ait pu s’intéresser à tant de détails qui m’ennuient profondément. Je ne m’étendrai donc pas sur ce traité de prononciation des implosives nasales et autres occlusions, sans compter que je soupçonne que cette étude a été planifiée. Louis a du être exposé de manière artificielle à certains mots car Ronjat souhaitait étudier l’acquisition de la prononciation de telle nasale. Je soupçonne qu’il a beaucoup été aidé par le linguiste Grammont, qui avait observé la mise en place du langage chez un de ses enfants monolingue, et qui souhaitait peut-être comparer.

Les seules indications pratiques et accessibles pour nous sont la démonstration que ce sont les organes articulatoires qui sont en défaut. Le jeune enfant entend exactement ce qu’il est sensé prononcer mais il est incapable de le reproduire tel quel. C’est un bon tireur doté d’une arme défectueuse et qui touche toujours au même endroit jusqu’à ce qu’il ait fini de rectifier son arme.

Après tout, si votre enfant était élevé de manière monolingue, comme la majorité des familles dans les états nations de la vieille Europe, est-ce que vous vous seriez inquiété de la façon dont il acquiert la prononciation ? Je parie que non. Peut-être même que vous auriez mis aussi longtemps que moi à vous rendre compte d’un fait troublant. Ma prononciation de Louis en une seule syllabe, sous l’influence locale peut être, est incompréhensible pour les français. J’ai mis 25 ans à me rendre compte qu’il ne se prononce pas comme lui mais en deux syllabes.

Le bilinguisme a-t-il retardé l’acquisition d’une prononciation correcte?

Très tôt Louis a pu s’exprimer de manière correcte en français et en allemand comme le font les enfants des familles monoglottes éduquées. Ronjat souligne également qu’il a très tôt pu faire l’interprète, même s’il n’emploie pas ce mot et préfère le comparer à de la traduction. Il faut garder en mémoire que le métier d’interprète est né après la première guerre mondiale, peut être lors de la rédaction du traité de Versailles. Il est donc normal que Ronjat compare son fils aux canons de l’époque, c’est à dire la transcription écrite et qu’il dévalorise les prestations orales du jeune enfant.
Il indique pourtant qu’il fait d’exactes transmissions de message d’une langue à l’autre. Si ce n’est pas de l’interprétation de liaison, qu’est-ce donc ?

Le développement du vocabulaire du bilingue est-il comparable à celui d’un monolingue ?

Ronjat ne relève pas de différence pour l’allemand mais juge le vocabulaire français du début indigent. Pour mémoire, seul le père parle français dans l’environnement proche de l’enfant à ce moment. En l’absence de radio, dessins animés et films en français, nous ne pouvons pas être surpris de ce constat.

Ronjat aurait souhaité comparer la justesse de la prononciation de Louis à chaque étape de sa vie avec celles des monolingues. Or même s’il a pris note d’une grande partie de la production de son fils, l’étalon de comparaison n’existe pas. Gardez à l’esprit qu’on ne pouvait pas simplement poser un magnétophone ou caméra à côté de l’enfant comme je le fais aujourd’hui. Encore une fois, je soupçonne qu’il a été fortement guidé par Grammont, car sinon, quel parent possède la liste des phonèmes possédés par son enfant au début du 16ème mois ? Il admet qu’il n’a pas pu maintenir l’exhaustivité par la suite.

C’est le moment de s’interroger sur un des effets du bilinguisme précoce. Si on est presque sûr des bienfaits du bilinguisme précoce, est-ce qu’on ne se trompe pas de cause ? Est-ce que le bilinguisme précoce est une raison suffisante. Est-ce que nous ne sommes pas face à une cause additionnelle, dans le sens où les parents qui désirent rendre leur enfant bilingue ne s’occupent-ils pas plus de leur enfant parce qu’ils souhaitent le rendre bilingue ? Et si le surcroit de capacités intellectuelles que l’on prête au bilinguisme ne venait pas tout simplement du fait qu’on s’occupe plus de ces enfants quand ils sont jeunes ? Si Ronjat est seul francophone dans l’entourage de son fils et qu’il veut noter toute la production langagière, cela signifie qu’il passe beaucoup plus de temps avec son fils que s’il avait décidé de l’élever en allemand au début et tant pis pour le français. En 1900, combien de père étaient suffisamment présents auprès de leur fils pour avoir un relevé exhaustifs des phonèmes utilisé de 0 à 16 mois ?

Vous trouverez dans ce livre un beau recueil de l’activation des phonèmes du 17ème mois au 41ème mois. L’enfant répète mieux les phonèmes pour lesquels on peut observer un changement de l’appareil articulatoire à l’aide de ses yeux, mais pour certains d’entre eux, il n’y a rien à observer. Tout se passe à l’intérieur, comme pour les occlusions vélo-palatales. Le livre de Ronjat vous aidera si vous avez des enfants bilingues français-allemand et que vous êtes versé dans la phonétique. Vous trouverez quelques données précises.
Pour ma part, j’adopte une autre approche plus pratique. Je repère les phonèmes les plus différents et les plus importants pour la langue 2 des enfants et je me concentre dessus. Dans le cas de l’espéranto, ce n’est pas la peine de savoir qu’il s’agit d’une occlusion vélo-palatale, il est plus important est de savoir rouler un r correctement.

à suivre dans « Comment passer pour un français en deux leçons« …

ouvrez-cerveau-petit Découvrez
les 7 clés pour donner une seconde langue naturellement à votre enfant en vous inscrivant ci-dessous :
pour recevoir des conseils pour ouvrir le cerveau de vos enfants à 2 langues. En cadeau, je vous offre mon livre et des interviews inspirants ! Conformément à la loi "informatique et liberté" du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous disposez d'un droit d'accès et de modification de vos données que vous pouvez exercer dans chaque message reçu, et cette liste est déclarée à la CNIL sous le n°1652673.

One Response to Acquérir deux langues est un jeu d’enfant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *