fbpx

Profitez de la conférence sur le bilinguisme du lycée de New-York

Donnez leur 2 langues et bien plus

Un atelier au lycée français de New-York

Je ne vais pas m’étendre sur les organisateurs ou les participants à cette conférence pour vous livrer un rapide résumé de la partie qui m’intéresse.

Le premier atelier Langue, émotions et bilinguisme met en évidence quelques avantages du cerveau bilingue. La superpuissance mentale, l’avantage pour résoudre des problèmes ou s’ouvrir à de nouveaux concepts du monde. Un super pouvoir en fait. Tous les intervenants confirment ce que je pense et constate depuis longtemps. Être bilingue est un atout dans la vie.

J’apprécie particulièrement la présentation d’Ellen Bialystock mais je ne suis pas d’accord avec elle quand elle affirme

On devient bilingue parce que la vie en décide ainsi

parce que je pense que les parents peuvent le décider. Et dans ce cas, on est loin de la fatalité.
A New-York, 50 % de la population est bilingue nous dit-on en introduction. 8 écoles publiques proposent le français dans la ville. Ces écoles sont ouverte à des familles francophones ou des new-yorkais qui souhaitent avoir des enfants bilingues. Mais avec une telle richesse linguistique, presque tout le monde doit trouver les ressources dont il a besoin pour mettre en place un bilinguisme précoce.

Voici une rapide résumé de la présentation d’Ellen Bialystock.

Comment le cerveau d’un bilingue est-il organisé ?
Sous forme assez simple et visuelle, elle présente les 3 fonctions du système de contrôle :

  • inhiber les pertes d’attention,
  • passer d’une tâche à l’autre,
  • fournir la mémoire de travail.

Dès l’âge de 7 mois, les bilingues dépassent les monolingues dans toutes les tâches qui font intervenir le système de contrôle, mais ce système s’affaiblit dès l’age de 30 ans.

Le bilinguisme offre-t-il un avantage ? Le bilinguisme retarde l’apparition de la maladie d’Alzheimer. Non pas que le cerveau se dégrade moins vite, mais les bilingues compensent mieux. Ils disposent de réserves cognitives plus importantes pour s’adapter face à la maladie.

La vidéo est assez longue et ne représente que la partie avant la pause.

Et vous, qu’est-ce que vous avez retenu d’important à vos yeux ?

 

Êtes-vous prêt à passer à l'action pour changer radicalement le destin de vos enfants ?

Si c'est le cas, prenez rendez-vous ci-dessous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *