browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Comment faire lire les enfants dans la langue la plus faible ?

Posted by on 9 novembre 2012

Faire lire un enfant dans sa langue la plus faible est un véritable défi. Autour de moi, je ne compte plus les familles d’enfants bilingues précoces avec qui nous sommes en relation et pourtant, le nom d’un seul enfant me vient à l’esprit s’il s’agit d’en citer un qui lit dans plusieurs langues.
Il s’agit d’une jeune trilingue français, la langue de la mère, néerlandais, la langue de l’école, et hongrois, la langue du père. Elle lit en néerlandais, en français, en anglais et en allemand. Je ne l’ai jamais vue avec un livre en hongrois, au désespoir du père.

Pour tous les autres, la réponse est toujours la même :

il ne lit qu’en français ou bien il s’est empressé de trouver la version allemande car l’allemand est sa langue la plus forte.

Pourquoi l’écrit est si important ?

L’écrit permet d’activer la mémoire visuelle mais surtout présente les mots dans leur contexte d’utilisation. Leur sens se passe d’explication et nous retenons mieux lorsqu’on nous propose une histoire plutôt qu’une liste d’item.

Même si les contenus audiovisuels pourraient jouer les même rôle, la langue écrite est plus stable et il semble difficile d’accéder à l’écriture sans maîtriser la lecture. Enfin, les contenus oraux sont généralement moins riches et font appels à une moindre variété de mots. Pour aller au delà des 500 à 700 mots utilisés à l’oral et varier les registres, il est nécessaire d’acquérir des mots moins courants, cachés dans les livres.

Pourquoi l’enfant ne lit pas dans sa langue la plus faible ?

Le chemin de moindre résistance

L’enfant suit le chemin de moindre résistance. S’il lui est plus facile de lire dans sa langue 1, il le fera dans sa langue 1. Concrètement, si vous lui proposez Harry Potteren français en même temps que la version originale, il lira la version française. Si vous voulez réussir, il vous faut une stratégie cohérente et réfléchie !

Image d'un rayon plein de livres pour enfants

L’embarras du choix dans les livres pour enfants

Un autre phénomène nuisible, auquel vous serez confronté, est ce que j’appelle la dissonance linguistique du bilingue. C’est la différence entre l’âge mental et l’âge linguistique dans sa langue 2. Prenons l’exemple de ma fille ainée de 13 ans. Elle est bilingue précoce mais pas avec l’allemand qui est sa langue 3. Son niveau est A1+ ou A2. Elle reçoit en cadeau des livres conçus pour des enfant natif de 9 ans mais ils sont déjà trop complexes, alors que les thèmes qu’ils traitent ne sont déjà plus adaptés à son âge mental de 13 ans. Il n’existe pas de livres qui peuvent intéresser un enfant de 13 ans en utilisant le niveau de langue d’un enfant de 6 ans. Cette dissonance est celle du jeune bilingue si les deux langues ne sont pas équilibrées chez lui.

Les limites d’âge brouillent le jeu

Les livres pour enfants pour les locuteurs natifs sont indiqués en fonction de l’âge alors que nous aurions besoin de trouver la mention du niveau en langues étrangères avec les codes A1, A2, B1 etc.

Image d'un livre de mots croisés bilingues français-allemand

Des mots croisés bilingues français-allemand de niveau A1-A2

J’entrerai plus en détails dans des articles futurs, mais en attendant, quel sont les livres que vous connaissez qui sont accessibles facilement pour des enfants de 10 ou 12 ans ?

Merci de vous exprimer dans les commentaires.

ouvrez-cerveau-petit Découvrez
les 7 clés pour donner une seconde langue naturellement à votre enfant en vous inscrivant ci-dessous :
pour recevoir des conseils pour ouvrir le cerveau de vos enfants à 2 langues. En cadeau, je vous offre mon livre et des interviews inspirants ! Conformément à la loi "informatique et liberté" du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous disposez d'un droit d'accès et de modification de vos données que vous pouvez exercer dans chaque message reçu, et cette liste est déclarée à la CNIL sous le n°1652673.

4 Responses to Comment faire lire les enfants dans la langue la plus faible ?

  1. Sinje

    Bonsoir Cyrille !
    Comme expliqué déjà ailleurs, mes enfants sont bilingues franco-allemand. L’allemand étant la langue 2. Ma fille aînée de 12 ans lit très bien en allemand pourtant. Je pense qu’elle s’est habituée à lire dans la langue la plus faible, en lisant à haute voix pour ses soeurs plus jeunes.
    Cet été elle a lu un roman en allemand, toute seule. C’était un de mes anciens romans, d’écriture simple et se passant dans le pays où nous étions en vacances, mêlant légendes du pays et roman pour ados. Réf.: « Göbel,Gabriele M., Tage in Bigoudien »
    J’ai essayé de trouver des BDs typiquement allemandes pour inciter à la lecture ‘plus facile’, malheureusement la culture de la BD en Allemagne n’est pas celle de la France…
    @bientôt
    Sinje

    • cyrille, le praticien du bilinguisme

      Bonsoir Sinje,

      Je pense que l’ainé a une position privilégiée dans un projet de bilinguisme précoce car il dispose de plus de temps de parent disponible que ceux qui suivent. Et à l’inverse, comme il entre à l’école en premier, il ramène la langue majoritaire et la renforce quand il va à l’école. Son seul désavantage est d’essuyer les plâtres quand les parents ne savent pas ce qu’ils font !
      Comme je n’ai toujours pas franchi moi même le palier de l’écrit en allemand, je vais faire un effort particulier en 2013 !
      Cyrille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *