browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Une bilingue français-anglais

Posted by on 17 mai 2013

Le tour du monde des bilingues fait escale aujourd’hui en Irlande parce que j’ai interviewé Haydée, du blog de voyage http://www.travelplugin.com/

Voici une transcription in extenso du dialogue.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Bonjour Haydée et merci d’avoir accepté cette interview. Est-ce que tu peux nous dire quelles sont les circonstances de la vie qui t’ont amenée à être bilingue ?

Haydée de Travel plugin : Bonjour ! Tout d’abord, ma maman est irlandaise. Nous avons eu la chance depuis que je suis née d’avoir un environnement anglo-saxon. Ma mère m’a toujours parlé en anglais ainsi qu’à mes frères. Et on est tous bilingues dans la famille. On a toujours parlé français, anglais de manière systématique dans la maison sans même nous en apercevoir.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Tu as grandi en France ?

Haydée de Travel plugin : Oui, oui, en France… Moi j’ai exceptionnellement vécu à Abidjan pendant une année, mes parents 3 ans et demi, parce que mon père était envoyé là-bas…

Cyrille, le praticien du bilinguisme : …ton père est francophone, je suppose ?

Haydée de Travel plugin : Mon père est Français-Espagnol . En fait, il est moitié Français moitié Espagnol et vient du Maroc. Il est né au Maroc ainsi que sa maman d’ailleurs, ma grand-mère…

Cyrille, le praticien du bilinguisme : …donc…

Haydée de Travel plugin : …voilà. Et malheureusement, ils n’ont pas parlé en espagnol également en même temps. Donc j’ai dû l’apprendre, l’espagnol.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Ah, justement, tu parles de l’apprentissage des langues. Est-ce que le fait d’être bilingue a facilité l’apprentissage de l’espagnol ?

Haydée de Travel plugin : Hum, je pense. Disons oui dans un sens parce que c’est ce qui m’a permis une ouverture d’esprit le fait de parler une autre langue, parce que je pense que les gens qui ne parlent pas d’autres langues, jusqu’à l’âge de 20 à 25-30 ans, sont coincés au bout d’un moment alors que moi, j’avais déjà cet état d’esprit. En revanche, là où c’était dur, c’est de me dire qu’il a fallu que j’apprenne une nouvelle langue. Et j’ai dû investir du temps et là quand je l’ai vraiment apprise, donc c’est l’année où je suis partie vivre en Espagne, j’avais 22 ans je pense, oui j’avais 22 ans, c’était très dur en fait, parce que j’avais compris la difficulté d’apprentissage d’une langue, et c’est là où je me suis dis dommage papa que tu ne m’aies pas parlé en espagnol (rire). Malgré tout, même si je parlais déjà une langue, je trouve ça très difficile à apprendre.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : …parce que c’était ta première langue que tu as appris consciemment ?

Haydée de Travel plugin : Voilà, l’anglais, je ne l’ai pas appris, en réalité. Donc, c’était ma première fois à vrai dire. Après, bien sûr, la facilité est venue du fait que j’avais la situation à l’esprit.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : L’anglais, je suppose que tu l’a étudié à l’école en France ?

Haydée de Travel plugin : Oui, aussi.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Ah, qu’est-ce que ça fait comme impression d’étudier sa langue maternelle à l’école avec des gens (rire) qui ne la parlent pas ?

Haydée de Travel plugin : C’est une bonne question. En fait, c’était facile et puis j’étais jeune donc je me l’a jouais un peu en anglais (rire). Je répondais tout le temps à tel point que j’ai dû me taire pour laisser de la place aux autres. Mais avec les années, mon niveau a baissé parce que, à la maison, j’étais adolescente, où je parlais de moins en moins avec ma mère, donc mon niveau a baissé. Vers l’âge de 18 ans, j’ai constaté que j’avais plutôt intérêt à me remettre à niveau, parce que mon niveau avait tellement baissé que j’en suis venue au même niveau que les autres. En tout cas, à l’écrit. A l’oral non mais à l’écrit oui. A l’oral, j’avais toujours cette aisance qui faisait qu’il est assez difficile de battre quelqu’un qui est bilingue. Et je ne sais plus ce que j’étais en train de dire (rire) .

Cyrille, le praticien du bilinguisme : …c’était plus dur à l’écrit …

Haydée de Travel plugin : …et donc, en fait, je me suis remise à travailler parce que les gens avaient rattrapé mon niveau avec le temps. Quand je commençais mes études notamment je suis tombé sur beaucoup de gens qui parlaient très bien l’anglais.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Ah, justement l’écrit, c’est la partie que l’école va faire, c’est l’accès aussi à la compétence cognitive. Donc comment est-ce que chez vous, tes parents assuraient votre niveau écrit en anglais ?

Haydée de Travel plugin : Ils n’assuraient pas du tout, donc j’ai un jour, je suis tombé sur un journal intime où j’avais écrit en anglais et en fait, j’écrivais en anglais comme si c’était du français ! Un mot m’avait marqué, c’était le mot girl, j’avais écrit comme gueule. g-u-e-u-r-l-e. Voilà donc, j’avais un niveau d’écrit qui était très très mauvais. C’est l’école qui m’a permis d’apprendre.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Si cela peut te rassurer, je vois de nombreuses interférences entre le français et la deuxième langue de mes enfants, qui elle, pourtant, est phonétique, logique, une lettre égale à un son, un son égal une lettre, et pourtant il y a une très très forte influence de la langue dominante. C’est tout à fait normal.

Haydée de Travel plugin : Et d’ailleurs, en parlant de la dominante, quand je suis en France, on pense que je suis anglo-saxonne, quand je vais à l’étranger, on dit tout de suite tu es Française alors que je n’ai pas un accent pas très fort mais il y aura toujours une dominante.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Culturellement, tu te sens plus française qu’irlandaise ?

Haydée de Travel plugin : Oui. Je n’ai jamais vécu en Irlande d’une part. J’ai vécu en Angleterre une année, Après, j’ai voyagé. Bien entendu, j’ai fait des pays hispanophones. Et là, ça m’a aidé, sinon je me sens Française. Peut-être Irlandaise dans le côté un peu folie (rire).

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Ah, c’est peut-être l’aspect culturel qui ressort quand tu parles anglais et qu’on te taxe de française.

Haydée de Travel plugin : Peut-être (rire) .

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Ah, aujourd’hui, la langue te sert à voyager, est-ce que tu peux nous en dire plus ?

Haydée de Travel plugin : j’ai obtenu du travail grâce à la langue parce que par rapport à mes concurrents sur un job, j’étais celle qui parlait mieux et souvent c’est ça qui m’a aidée.
Je suis partie une année en Angleterre dans le cadre des études. Pour cela, il a fallu que je passe un concours et il fallait que j’aie un niveau suffisant pour pouvoir partir. C’est grâce à mon anglais que j’ai réussi. Cela ouvre des tas de portes, on ne peut pas dire le contraire, ça arrive de temps en temps, il faut qu’on lise quelque chose en anglais, qu’on écoute quelque chose en anglais à la télé. Et moi j’ai toujours rigolé là où d’autres personnes ne vont pas comprendre la subtilité. A tous les niveaux, ça m’a aidée, et puis ne serait-ce que au niveau de l’ouverture de l’esprit.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : …juste une seconde ! Jes, bone funkcias, ĉu vi volas veni ? (rire) C’est la petite qui passait par-là…Aujourd’hui, tu as un blog, il me semble, un site internet ?

Haydée de Travel plugin : Oui, j’ai un blog professionnel. C’est travelplugin.com. C’est un nom anglais comme par hasard. C’est un peu pour me démarquer également puisque tous les blogs de voyage s’appellent blog de voyage, voyage à l’ étranger, voyage en Russie… et je me suis dit qu’une petite connotation anglaise, je me suis dit pour des voyageurs, ça n’allait pas être dérangeant.   .

Haydée de Travel plugin : C’est un blog de voyage .

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Ah, j’aime beaucoup le plug in.

Haydée de Travel plugin : Aie (rire), pour quelle raison ?

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Ah, c’est l’idée du singe .

Haydée de Travel plugin : (rire) ah, du singe ?

Cyrille, le praticien du bilinguisme : …le dessin avec le plug in (rire).

Haydée de Travel plugin : C’est gentil, merci ! J’ai Tony à juste à côté de moi qui rigole et qui nous écoute. C’est lui qui a fait le dessin.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Bravo ! .

Haydée de Travel plugin : Merci.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Et je vous engage à aller voir ce dessin et à découvrir Travelplugin et du coup à découvrir c’est qu’est-ce plugin.

Haydée de Travel plugin : (Rires)… L’idée, c’est de se brancher un voyage. Voilà.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Merci beaucoup et bon vent et bon voyage. J’espère que tu trouveras justement les endroits où te brancher .

Haydée de Travel plugin : Merci beaucoup Cyrille pour cette interview.

ouvrez-cerveau-petit Découvrez
les 7 clés pour donner une seconde langue naturellement à votre enfant en vous inscrivant ci-dessous :
pour recevoir des conseils pour ouvrir le cerveau de vos enfants à 2 langues. En cadeau, je vous offre mon livre et des interviews inspirants ! Conformément à la loi "informatique et liberté" du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous disposez d'un droit d'accès et de modification de vos données que vous pouvez exercer dans chaque message reçu, et cette liste est déclarée à la CNIL sous le n°1652673.

3 Responses to Une bilingue français-anglais

  1. Haydée@Travelplugin

    Bonjour Cyrille,

    Merci à toi pour l’interview. Et surtout j’espère que ce moment à écouter notre conversation donnera d’autant plus envie aux lecteurs de s’y mettre dès maintenant. Apprendre des langues est très important surtout dans l’environnement international dans lequel nous sommes et plus on est jeune, plus nos chances de réussite augmentent.
    En France il faut bien se mettre dans la tête que nous sommes en retard et qu’il faut le rattraper ! Parlez à vos enfants en anglais ou tout autre langue, ils vous remercieront toute leur vie !

  2. Anick-Marie

    Intéressant, je ne connaissais pas du tout l’histoire d’Haydée ! C’est sympa de la découvrir à travers ces récits de vie…

    Je n’ai pas grandi dans un environnement billingue car mes parents étaient unilingues francophones. Mon archipel natal est billingue, mais les gens parlent l’une au l’autre des langues, tout en comprenant l’essentiel de l’autre. Au Québec, on commence l’apprentissage de l’anglais à 10 ans, comme en France il me semble.

    L’apprentissage de l’espagnol, je l’ai commencé vers les 13 ans, sans grande conviction, mais je pense que ça m’a aidée à devenir billingue plus vite. Je ne pense pas maîtriser aucune langue comme l’anglais et le français à présent, mais parfois, il n’est pas utile de maîtriser. J’apprends maintenant rapidement à être fonctionnelle ou même juste à « capter » une langue – c’est l’héritage de m’être forcée à comprendre certains trucs consciemment je crois. Maintenant, je fais plein de lien entre les différentes langues, j’ai souvent l’impression de « deviner » ce que les mots veulent dire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *