browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Un bilingue allemand-espagnol

Posted by on 27 septembre 2013


Le tour du monde des bilingues fait escale aujourd’hui en Allemagne et en Argentine parce que j’ai interviewé Marcos dont l’expérience est une mine d’information essentielle pour les familles plurinationales et qui s’expatrient. Soyez attentifs car c’est la liste de tous les chausses-trappes qui vous attendent.
Si Marcos a parlé 7 langues, il a également été monolingue !

If you wish to listen to it in english, there is a sight translation at the end of this article.

Voici la transcription in extenso de l’interview.

Je vous présente l’interview de Marco, un cas un peu particulier car il a grandi en Egypte, en Argentine, au Brésil, en Allemagne, en Angleterre.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Merci d’avoir accepté cette interview au sujet du bilinguisme. Vous-même, est-ce que vous êtes bilingue de naissance ?

Marcos: Voilà une question qui n’est déjà pas facile. De naissance, oui, en fait quand j’étais enfant, j’ai grandi en deux langues. Ma mère me parlait espagnol, mon père en allemand mais plus tard, la situation a changé et j’étais devenu monolingue.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Comment cela s’est-il produit ?

Marcos: Donc, nous avons voyagé dans divers pays, mon père avait un poste chez Luftansa et cela durait de un à trois ans avant d’être muté dans un autre pays. Et mes parents sont tous les deux des Argentins d’origine allemande. Donc tous deux parlaient l’allemand à la maison avec leurs parents et …

Cyrille, le praticien du bilinguisme : …ils ont grandit en Argentine… ?

Marcos: …ils ont grandit justement en Argentine et ils parlent les deux langues allemand et l’espagnol parfaitement. Donc ils ont pris une décision à propos de mes frères et sœurs, ils ont déjà décidé que mes frères et sœurs parleraient les deux langues, de mon père l’allemand et de ma mère l’espagnol. Et bien, nous avons eu diverses langues de l’entourage à cause de nos nombreux déplacements. En fait, quand je n’étais pas encore né, mes frères et soeurs ont grandit en Turquie, en Afrique du Sud et par la suite en Egypte quand je suis né. La langue du milieu ne les pas trop influencé en Turquie, ils étaient encore trop petits, en Afrique du Sud, eh bien, à ce moment-là, mes sœurs ont appris l’anglais et l’afrikaans mais qu’elles ont oubliée par la suite. En Egypte, ils fréquentaient des jardins d’enfants en anglais ou en allemand. Je ne sais pas trop, de toutes façons, à cette époque là, je suis né en Argentine mais j’ai tout de suite habité en Egypte. Puis quand j’avais un an et demi, j’ai déménagé en Argentine et là bas, eh bien, ils avaient d’abord continué cette situation selon laquelle mon père parlait l’allemand, ma mère l’espagnol mais alors, mes frères et sœurs et moi, nous fréquentions tous déjà le jardin d’enfants ou l’école et la situation était telle que mon père était très accaparé par son travail, donc nous avons très peu entendu son allemand par rapport à l’espagnol du milieu et celui de notre maman. Donc ils ont remarqué que ça n’allait pas bien pour notre connaissance de l’allemand. Donc notre mère a décidé de changer, et a effectivement changé pour l’allemand.

Cyrille, le praticien du bilinguisme :…quel âge aviez vous quand elle a changé… ?

Marcos: En fait, j’étais âgé de un an et demi et j’étais en Argentine et donc environ deux ans et demi, je ne sais pas précisément, cependant j’avais l’espagnol au jardin d’enfants et seulement l’allemand à la maison. A mes trois ans et demi, j’ai déménagé au Brésil où nous sommes restés un an et demi et c’est ainsi que le portugais a pris le rôle de l’espagnol. En fait, c’est en tout cas une langue suffisamment similaire et simplement nous parlions le portugais avec l’entourage alors que l’allemand a perduré à la maison. Donc là on sent déjà la perte de l’espagnol qui a été remplacé par le portugais, qui lui est suffisamment similaire. Puis plus tard lorsque j’avais cinq ans, nous avons déménagé en Allemagne et alors nos parents devaient sauver d’une manière ou d’une autre l’espagnol ou au moins parler l’espagnol avec nous à la maison. Ma mère a essayé mais n’a pas réussi car l’espagnol était déjà perdu, remplacé par le portugais

Cyrille, le praticien du bilinguisme :…qui n’était pas sa langue maternelle…

Marcos: …qui n’était pas sa langue maternelle, donc elle était capable de le parler mais elle manquait d’expérience (rires), donc à dire vrai je ne m’en souviens pas très bien mais …

Cyrille, le praticien du bilinguisme : …combien de temps avez-vous passé au Brésil pour perdre l’espagnol ?

Marcos: Donc l’espagnol je…Je ne peux pas le dire avec précision maintenant, je suppose que, de toutes façons, l’espagnol passif restait quelque part car les langues étaient suffisamment similaires. Et l’actif s’était vraisemblablement perdu quand on était encore là-bas. Donc je ne peux pas bien dire mais dans tous les cas, lorsque je suis arrivé en Allemagne, en fait encore pendant une année ou un peu plus d’un an, nous avions une nurse brésilienne, qui s’occupait de nous à la maison et le portugais étais encore vivant pendant un certain temps mais plus tard, il n’en restait plus rien. Je me souviens seulement que lorsque je me trouvais en Allemagne, peut-être après que je n’avais plus une nurse, j’ai vu une émission télévisée où un Brésilien était interviewé et une voix traduisait en allemand ses propos et j’étais étonné pourquoi as-t-on besoin de cette traduction car on comprend ce qu’il dit (rires). A ce moment, je comprenais encore bien mais plus tard j’ai perdu la langue. Et je ne comprenais même plus l’espagnol bien que mes parents parlaient entre eux en espagnol. …

Cyrille, le praticien du bilinguisme :…ils continuaient à parler espagnol entre eux ?

Marcos: …effectivement l’espagnol était toujours leur langue mais cela n’a pas suffit pour que je comprenne l’espagnol même de manière passive et de façon régulière, j’ai totalement perdu la langue. Je ne pouvais comprendre lorsqu’ils parlaient entre eux et je ne pouvais rien dire, je connaissais peut-être seulement de cinq à dix mots, qui étaient pour la plupart, des mots simples, que mes parents mélangeaient avec l’allemand quand ils parlaient allemand et les mots pour dire oui et non, je connaissais ceux-ci et je n’étais pas du tout capable de communiquer en espagnol.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Et ainsi vous êtes devenu un monolingue avec l’allemand ?

Marcos: Oui.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Agé de quinze ans à peu près.

Marcos: Donc jusqu’à ma sixième année, j’avais encore une nurse brésilienne, peut-être six ans ou sept ans…eh bien…à onze ans, treize ans j’ai commencé à m’intéresser de nouveau à l’espagnol mais alors j’ai aussi appris l’anglais donc cela a un peu duré jusqu’au moment…en fait, je n’ai pas vraiment repris l’espagnol (rire) jusqu’à…mon anglais pouvait cependant suffire…Quand je me suis intéressé de nouveau à l’espagnol, je l’ai rapidement réappris. Il était présent dans ma tête d’une manière ou d’une autre et cela se passait à treize ans, quatorze ans. Et à cette époque donc, oui je connaissais les irrégularités de la grammaire espagnole sans qu’on me les ait enseignées et je les ai simplement connues de manière intuitive et donc, cela m’a beaucoup aidé et ma prononciation était également bonne. Donc je pouvais progresser relativement rapidement puis après, à l’âge de dix-huit ans je m’étais rendu trois mois en Argentine et là bas j’ai vraiment bien appris l’espagnol.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Comme adulte, vous pouvez tenir cette conversation dans combien de langues ?

Marcos:En cinq, eh bien en trois langues au même niveau et en deux langues supplémentaires. Mes langues préférées et les plus fortes, l’allemand, l’espéranto et l’anglais car je suis resté pendant six ans en Grande Bretagne comme …

Cyrille, le praticien du bilinguisme :…six ans… ?

Marcos:…oui, donc les deux dernières années de de l’école que j’ai passées là bas puis après encore quatre autre années de cursus universitaire et de ce fait, l’anglais est vraiment très fort chez moi, puis après l’anglais vient l’espagnol. Je pourrais avoir cette conversation en espagnol mais toutefois je commettrais sûrement des erreurs de grammaire et peut-être je chercherais souvent mes mots mais je pourrais m’en sortir, c’est la quatrième, et après cela le swahili, un peu moins fort que l’espagnol. Je peux vraiment converser dans toutes ces langues. Le swahili est limité parce que, à dix huit, dix neuf ans, j’étais pendant huit mois en Tanzanie comme volontaire et j’ai étudié la langue. Et maintenant, j’ai épousé une Russe qui parle le russe tous les jours à nos enfants, ainsi c’est pour cela que j’ai aussi une bonne compréhension passive de la langue russe.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Donc vous avez des enfants bilingues ?

Marcos: Trilingues.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Trilingues ?

Marcos: Trilingues ! Oui car je leur parle en Espéranto, ma femme leur parle en russe et nous habitons en Allemagne, de toutes façons, l’allemand est le plus fort pour eux.

Cyrille, le praticien du bilinguisme : Je vous remercie beaucoup parce que l’expérience est incroyable…

Marcos:…oui, merci !

Cyrille, le praticien du bilinguisme : …et mes félicitations pour ces enfants trilingues.

Marcos: Merci, merci !


You can listen to a sight translation of this interview by cliquing on « écouter », au download the file by « télécharger ».

ouvrez-cerveau-petit Découvrez
les 7 clés pour donner une seconde langue naturellement à votre enfant en vous inscrivant ci-dessous :
pour recevoir des conseils pour ouvrir le cerveau de vos enfants à 2 langues. En cadeau, je vous offre mon livre et des interviews inspirants ! Conformément à la loi "informatique et liberté" du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous disposez d'un droit d'accès et de modification de vos données que vous pouvez exercer dans chaque message reçu, et cette liste est déclarée à la CNIL sous le n°1652673.

One Response to Un bilingue allemand-espagnol

  1. Cathy Caroff

    Bonjour Cyrille et bravo!
    C’est une très belle interview. Elle est très riche sur les différentes évolutions possibles lors de l’apprentissage d’une langue à une autre.
    L’expérience de Marcos est particulièrement passionnante et très détaillée.Une réelle plus value pour les familles de globe trotter qui se posent toujours un milliard de questions quand ils ont des enfants sur comment ceux ci vont s’adapter à tel ou tel pays « à cause » de la langue. Apparemment, très bien si l’adulte laisse faire ou l’accompagne sans paniquer. 🙂
    A bientôt
    Cathy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *