browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

C’est l’anniversaire de Zamenhof

Posted by on 15 décembre 2012
Logo des 125 ans de l'espéranto

L’espéranto a 125 ans. Zamenhof était inconnu avant, et peu connu après !

Nous sommes le 15 décembre et c’est l’anniversaire de Zamenhof, le créateur de l’espéranto. Cela fait 125 ans que

c’est le cas tous les 15 décembre et vous n’en avez jamais entendu parler me direz-vous !

C’est tout à fait normal.

En 2008 et 2009, mon équipe chez Espéranto-France a montré qu’un français sur deux n’a jamais entendu parler d’espéranto.

Avoir informé la moitié de la population en 3 générations est déjà une belle performance. L’espéranto apparait dans la liste des journées mondiales et il parait que les guignols s’en sont moqué il y a peu. C’est bon signe, cela prouve que la langue entre dans la réalité sociale mais ce n’est pas ce dont je veux parler aujourd’hui.

Je suis en ce moment en Allemagne avec les enfants pour acheter des films en allemand pour les inciter à améliorer leur compréhension orale de leur langue 3. Nous sommes également venus pour jouer au jeu Zamenhof avec des amis allemands et suisses.

Image de Zamenhof

Le père de l’espéranto en 1908. Mais où est donc passée la mère de l’espéranto ?
Photo du domaine public.

Qu’est-ce que le jeu Zamenhof ?

2 dés, un récipient opaque et un support suffisent. On va lire les dés de la manière suivante

  • d’abord le chiffre le plus grand,
  • puis le second,
  • le nombre est formé des 2 chiffres dans l’ordre indiqué auparavant.

Ainsi Image de deux désvaut 32.

Image de deux dés

vaut 64.

45 n’existe pas car il faudrait lire 54.

Quand les deux chiffres sont identiques, on parle de unuoj, duoj, trioj (Paire de un, deux, trois, quatre, cinq, six). Ils valent plus que les autres nombres.

Image de deux dés montrant 21

Un Zamenhof vous assure de gagner le tour.

Le plus petit de tous, 21, vaut Zamenhof, et Zamenhof est au-dessus de tous.

L’échelle de valeur qu’il faut mémoriser est donc la suivante :

31
32
41
42
43
51
52
53
54
61
62
63
64
65
unuoj
duoj
trioj
kvaroj
kvinoj
sesoj
21 = Zamenhof

62 est la valeur médiane. Mémorisez là car elle est importante pour jouer autrement qu’au petit bonheur la chance.

Le but du jeu

Le récipient opaque masque les dés posés sur le support rigide. Un joueur secoue le récipient, regarde le résultat en cachette et annonce la valeur aux autres, puis passe au joueur suivant.

Celui-ci pourra secouer de nouveau les dés, mais devra annoncer une valeur supérieure. Si le premier joueur fait 32 et annonce 32, il est assez simple de rester honnête pour le joueur suivant. Je vous laisse calculer la probabilité.
Si le premier joueur fait 65 et annonce 65, le suivant est condamné à annoncer au moins une paire de un. Il n’a que 7 chances sur 21 de ne pas mentir.
Le joueur qui reçoit les dés peut ne pas accepter le mensonge. S’il lève le récipient et dévoile les dés, le tour de jeu s’arrête. 3 cas sont possibles :

  • le premier joueur mentait, il annonçait une paire de un mais n’avait que 52. Le premier joueur prend un point,
  • le premier joueur ne mentait pas. Il annonçait une paire de un et les dés montrent une paire de un. Le second joueur, qui comme Saint-Thomas ne croit que ce qu’il voit, prend un point,
  • le premier joueur mentait, il annonçait une paire de un mais avait plus, des deux ou des trois par exemple. Le second joueur, qui comme Saint-Thomas ne croit que ce qu’il voit, prend un point.

Le but du jeu est d’avoir le moins de points possibles.

On comprend vite qu’il devient très périlleux de relancer les dés et de devoir mentir avec 19 chances sur 21 contre soi. Il est parfois plus simple de prendre le plateau, ne pas secouer les dés, et simplement ajouter un mensonge tactique. Se pose alors la question :

    • le premier joueur qui annonçait un chiffre élevé a-t-il délibérément annoncé moins que ce qu’il avait pour piéger le joueur suivant ?
    • Et s’il avait Zamenhof, le chiffre le plus élevé?

Celui qui ment sur Zamenhof commet un blasphème et prend 2 points. Idem pour celui qui doute de la présence du majstro. 2 points.

Les effets du jeu

Au niveau de chaque joueur, la répétition des chiffres est un bon moyen d’apprendre à les manipuler.

Au niveau du groupe, ce jeu très simple et facile à transporter crée vite un environnement socialement intéressant. Pour un observateur extérieur, l’apparition subite de grands éclats de rire, à la simple vue de deux dés, est un mystère attirant. Il peut s’agir d’un inconscient qui secoue les dés, annonce Zamenhof sans même regarder, les donne au voisin qui découvre

Image de deux dés montrant 21

Un Zamenhof inattendu cloue le bec à vos adversaires.

Au niveau de la famille, chez nous, ce jeu se déroule uniquement en espéranto. Il n’est pas question que nous changions de langue quand nous jouons. C’est un moyen de maintenir le lien social de la langue 2 durant toute l’année.

J’ai découvert ce jeu par l’espéranto, en Suède, grâce à un psychiatre allemand, mais je soupçonne qu’il existait en dehors du mouvement espérantophone.

Connaissez-vous ce jeu sous un autre nom et dans une autre langue ?

ouvrez-cerveau-petit Découvrez
les 7 clés pour donner une seconde langue naturellement à votre enfant en vous inscrivant ci-dessous :
pour recevoir des conseils pour ouvrir le cerveau de vos enfants à 2 langues. En cadeau, je vous offre mon livre et des interviews inspirants ! Conformément à la loi "informatique et liberté" du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous disposez d'un droit d'accès et de modification de vos données que vous pouvez exercer dans chaque message reçu, et cette liste est déclarée à la CNIL sous le n°1652673.

7 Responses to C’est l’anniversaire de Zamenhof

  1. callipedie

    Merci pour ce rappel de l’anniversaire de cette personne qui m’était jusqu’à ton article complètent inconnue. J’ en ai profité pour chercher quelques informations complémentaires sur ce Ludwik Lejzer Zamenhof. J »ai même trouve un enregistrement de sa voix.http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/366472/125-ans-d-une-utopie-linguistique

    • cyrille, le praticien du bilinguisme

      Bonjour,
      Je suis désole de te décevoir mais le premier enregistrement de Zamenhof date du congrès de Barcelone en 1909. Il ne peut pas avoir été enregistré en 1905 à Boulogne. Le mp3 que tu as entendu a tout de même une valeur historique. Il s’agit bien d’un extrait du discours de Zamenhof, lors du premier congrès mondial à Boulogne sur mer en 1905, mais prononcé par Claude Piron lors du congrès mondial de 2005 à Boulogne sur mer. Si Zamenhof avait parlé aussi vite en 1905, personne ne l’aurait compris car ce fût la première utilisation orale à grande échelle. Personne ne savait si la langue allait fonctionner, tous les présents ne s’en étaient servi qu’à l’écrit. Si Z revenait aujourd’hui dans une rencontre où se trouvent des denaskuloj, des enfants qui ont l’espéranto dans leurs langues maternelles, il est à parier qu’il serait pris pour un débutant !

  2. Antoine Mechelynck

    Ce jeu de dés est inspiré du poker menteur et du zanzi, lequel se joue avec trois dés: chaque as vaut 100, chaque six vaut 60, les autres points valent leur valeur. Exceptions: trois dés identiquent valent « zanzi » et tous les zanzis barrent (c.à.d. sont de valeur égale), immédiatement en dessous de soixante-neuf (6.5.4) qui est par convention le point le plus élevé. C’est évidemment un jeu d’étudiants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *