J’ai lu un second livre en allemand

lire un second livre en allemand

Un livre facile à lire et assez intéressant.

Ca y est, je viens de finir de lire mon second livre en allemand ! Pourquoi tant de joie ?
Il faut dire que j’avais mis du temps pour le premier. Presque 2 ans pour le lire correctement et profondément. Je l’ai repris plusieurs fois. Mais pas cette fois. Pour le second, je me suis fixé le défi de le lire le plus vite possible.

Pourquoi s’acharner à lire des livres en allemand ?

Certes, tous les gens qui ne parlent pas allemand ne s’embêtent pas à lire en allemand, c’est évident. Mais les autres, ceux qui ont décidé d’apprendre l’allemand ?
Il me semble bien difficile d’apprendre une langue sans lire. A un moment ou un autre, vous serez bloqué si vous ne lisez pas.

Souvenez-vous, avez-vous réussi à maitriser correctement une langue, y compris votre langue maternelle, sans jamais vous consacrer à l’écrit ?
L’école ne vous a pas consacré tant d’années à apprendre à lire et écrire juste pour s’amuser.

Les paroles passent, les écrits restent

Il est erroné de croire que l’on peut maitriser une langue correctement à long terme sans maitriser l’écrit car l’écrit présente des mots dans leur contexte. La lecture permet d’associer le sens du mot à sa signification de manière beaucoup plus efficace.

La seconde raison est la variété limitée de notre vocabulaire dans les conversations.

Si vous voulez des mots nouveaux, vous avez besoin de lectures nouvelles.

J’ai lu plusieurs fois « Mein name is Geronimo Stilton

J’ai choisi un livre de mes filles pour plusieurs raisons :

  • Prenez un livre assez simple et court visant les 10-12 ans (En dessous, c’est vraiment trop nul et pas forcément plus simple à comprendre),
  • Prenez un livre contenant des images qui vous aideront à comprendre le fil de l’histoire, et notamment les détails que vous n’avez pas besoin de comprendre tout de suite,
  • Prenez un livre qui utilise le vocabulaire courant. Je suis toujours étonné de voir combien nous manquent les mots les plus courant lors de notre premier séjour à l’étranger,
  • Prenez un livre que vous avez envie de lire.

Mais pour la suite, je ne voulais pas lire de livre pour enfant. J’ai donc simplement mis la main sur un livre d’Amy qu’elle a étudié au programme de seconde : Ich fühle mich 50-50 de Katrin König.

Ma méthode habituelle pour lire un livre en allemand

Je lis toujours avec un crayon en main et je souligne les mots inconnus. Je ne les cherche pas tout de suite dans le dictionnaire car cela prend trop de temps et ralentit le flux d’information.
Or vous avez besoin d’apprendre à décrypter le flux, surtout en allemand lorsque la phrase prend tout son sens avec l’arrivée du verbe final.

lire en langue étrangère

Ma méthode un peu lourde pour lire en langue étrangère

Je lis le premier chapitre sans chercher les mots. Puis je cherche les mots et je relis le chapitre. Ainsi, j’associe les nouveaux sons aux nouveaux sens (Cela fonctionne très mal pour moi mais c’est une autre histoire liée au fonctionnement de mon cerveau). Lors de cette deuxième lecture, j’ai l’impression de bien comprendre du premier coup. Cela apporte un peu de plaisir lors de la lecture. C’est toujours bon à prendre pour la motivation et le moral.

Puis je lis le second chapitre et je souligne les mots. Puis je cherche les mots et je relis le premier chapitre et le second chapitre.

Pourquoi relire les premiers chapitres plusieurs fois ?

Vous avez bien lu. Je recommence toujours au début car le vocabulaire d’un livre est toujours le même. Vous soulignez beaucoup de mots lors de la lecture du premier chapitre mais ce sont les mêmes qui reviennent dans le second chapitre. Et comme je les oubliés, je serais tenté de les souligner de nouveau, de les chercher de nouveau, et de ne toujours pas les retenir.

Quand j’aborde le troisième chapitre, je souligne les mots que je ne comprends pas, puis je les cherche dans le dictionnaire. Et ensuite, je relis le premier, le second et le troisième chapitre.

Et ainsi de suite.

Les désavantages de cette méthode de lecture

Au fur et à mesure que vous relisez le premier chapitre, vous avez l’impression de bien comprendre le texte. C’est plutôt rassurant et encourageant. L’inconvénient est que vous aurez besoin de temps.
Pour lire Ich fühle mich 50-50, je n’avais qu’une semaine durant les vacances. J’ai donc décidé de m’en tenir au strict minimum en matière de nouveaux mots. Au moins, je me suis forcé à lire tous les jours et j’avoue que j’ai commencé à lire avec plaisir. J’ai également lu un chapitre avec un ami allemand, qui a grandi à l’est. Il m’a expliqué en détail chaque phrase. Et comme l’histoire se déroule à l’est juste avant la chute du mur, il en profité pour me signaler ce qui est crédible et ce qui est totalement improbable dans cette histoire.

En résumé, l’histoire est sympathique et presque probable. Le vocabulaire est accessible et la structure des phrases relativement abordable. Les personnages ne sont pas trop profonds, les situations non plus. Cela rend la lecture plus aisée.

Je passe à la lecture d’un troisième livre

Je ne veux pas dévoiler la suite, mais j’ai réussi à lire un second livre en allemand et de manière beaucoup plus rapide. Donc je me suis fixé un nouveau défi avec un ouvrage beaucoup plus complexe.

Et vous, qu’avez-vous lu comme premier livre en allemand ?
Merci de répondre dans les commentaires ci-dessous.

Je veux recevoir les prochains articles par mail
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

Il reste 8 commentaires Aller aux commentaires

  1. Laure /

    Ce qui avait fonctionné pour moi, c’est aussi de lire TOUS LES JOURS. Ca m’a beaucoup aidé à lire de manière plus fluide, c’était une période où j’étais en avances et j’ai pu ouvrir mon livre tous les jours pendant presque 1h. Sinon il est vrai que je lis aussi très lentement en allemand (déjà en français je ne suis pas très rapide…).

    Une de mes amies allemandes vient de m’offrir un livre pour jeunes en allemand, j’espère pouvoir le lire rapidement !

    1. Cyrille / Auteur du Post

      Bonjour Laure,
      C’est ce que j’ai réussi à faire durant les vacances. Mais depuis, c’est beaucoup, beaucoup plus difficile.
      Ceci explique aussi pourquoi j’ai mis 2 ans à lire un simple livre pour enfants !
      Au moins avec l’école, Amy est obligée de lire en temps restreint.

  2. Livredor /

    Bonsoir!
    mon premier livre en allemand a été un roman policier d’Agatha Christie, que j’avais déjà lu en français quelques années auparavant. Il y avait plusieurs avantages: l’histoire m’était encore assez connue pour que je comprenne ce qui se passait même si je ne connaissais pas assez les mots eux-même, il y avait beaucoup de dialogues et je voulais arriver au bout du livre parce que j’avais oublié qui était le meurtrier. Je n’ai cherché que pour les premières deux pages le vocabulaire qui me manquait parce que j’avais la flemme. Du coup j’ai avancé rapidement dans l’histoire.
    J’adore lire, donc j’ai continué à lire des Agatha Christie puis des revues sur des thèmes qui me plaisaient (le vocabulaire était spécialisé avec plein de mots qui ressemblaient aux mots français), et enfin tout ce qui m’intéressait.

    En fait cette façon de faire m’a rappelé mes débuts dans la lecture dans ma langue maternelle, que j’avais oubliés. Quand on démarre la lecture, on ne connait pas tous les mots même dans sa propre langue. La différence avec une langue étrangère est qu’on est devenu si bon dans sa langue maternelle que cela frustre de ne plus tout comprendre quand on lit dans une autre langue.

    Au niveau des revues, il y avait des différences flagrantes de niveau de language. Une revue comme « Psychologie heute », j’ai pu la lire après six mois de séjour en Allemagne, mais le « Spiegel » n’a été possible qu’après plus d’un an et demi. La première a un vocabulaire spécialisé avec plein de mots « étrangers » mais qui m’étaient connus, la deuxième employait des tas d’expressions, d’idiomes, de références à des événements allemands, des jeux de mots etc…

    Je ne suis pas sure qu’il faille obligatoirement lire pour s’améliorer dans une langue ou pour acquérir un niveau suffisant. Les êtres humains sont capables de parler plusieurs langues s’ils baignent dans un environnement adéquat.
    Mais cela m’a été d’un grand service, parce que je n’entends pas bien les sons (même dans ma langue maternelle) et que les voir écrits m’a beaucoup aidée pour les « entendre » et les répéter, et finalement acquérir un vocabulaire suffisant.

    1. cyrille /

      bonsoir,
      Mes filles commencent également par des livres qu’elles connaissent.

  3. Coline /

    En effet, la langue allemande est si jolie, ça serait dommage de ne pas se lancer dans son apprentissage.
    Personnellement, j’ai commencé toute jeune avec les livres en allemand Minimax : un vrai régal !

  4. cyrille /

    C’est pour les tout petits 😉

  5. Laure /

    Bonjour Cyrille,
    Je me permets de commenter de nouveau cet article caar je viens moi-même de finir mon second livre en allemand…! J’ai lu « Der geheime Garten », traduit du livre « The Secret Garden » de Frances Burnett.

    Je connaissais déjà l’histoire pour en avoir déjà vu la version cinématographique, donc le décors ne m’était pas étranger et je pense que c’est ce qui a beaucoup aidé ma lecture. Malgré de nombreuses descriptions, j’ai bien suivi le fil de l’histoire et ça a été tout seul !

    Encore une fois c’est un livre jeunesse donc sans doute plus facile à lire qu’un « vrai » roman 😉

  6. cyrille /

    Bonjour Laure et bravo. Peu importe la difficulté, l’important est de continuer à progresser (Ce qui n’est pas mon cas en ce moment !).

Laisser un commentaire