Parler allemand et être en phase avec mon désir

émotions pour être bilingue allemand

Utiliser ses émotions pour être en phase avec mon désir de parler allemand.
Crédits photos : Morguefile

 

Je ne suis pas bilingue précoce mais à force de travail, de découverte et de voyages, j’ai atteint un bon niveau dans 2 langues qui m’étaient étrangères. On va dire qu’elles me sont désormais chères. Par contre, au fond de moi, l’insatisfaction rôde car je reste sur l’échec de mon apprentissage de l’allemand. Pas besoin de beaucoup d’intuition pour remarquer que j’ai un souci profond et durable avec l’allemand. C’est très génant car la plupart de mes interlocuteurs considèrent que les alsaciens sont bilingues en allemand.

L’allemand est ma première langue étrangère, celle par laquelle j’ai découvert que parler une langue étrangère est bien plus qu’utiliser un code de communication. Et ce fut le fiasco complet. Un échec cinglant avec pour conséquence un niveau extrêmement faible en grammaire allemande. Si vous vous êtes essayé à l’allemand, je suis sûr que vous comprenez ce dont je veux parler.

Communiquer en allemand nécessite de penser en allemand

Quand vous essayez de parler allemand, vous imposez à votre cerveau de penser en allemand. Vous pouvez essayer tout en pensant en français mais cela ne marche pas au-delà des phrases de routines. Et encore, même pour dire votre âge, il faut déjà changer de mode de pensée. Passer de avoir à être. Et oui, en allemand, on n’a pas 42 ans, on est agé de 42 ans.

J’ai depuis constaté que même les allemands doivent arrêter de penser pour trouver quelle est la forme correcte. Plusieurs fois mes interlocuteurs étaient incapables de répondre à mes questions de grammaire de manière consciente car ils avaient besoin de parler pour trouver la réponse. Et laisser faire le naturel, tout simplement.

Pour parler allemand, il est illusoire de croire qu’on peut ordonner toutes les règles, les appliquer et en déduire la forme de chaque mot. Tout cela en une fraction de seconde. C’est impossible.

La bonne manière est de se mettre à penser en allemand, comme un allemand, pour trouver les déclinaisons et genre des mots de manière intuitive sans souffrir. Tout l’inverse de ce que je fais depuis si longtemps.

Voilà pour l’analyse rationnelle mais cela ne m’aide pas beaucoup aujourd’hui même si je désire rationnellement apprendre l’allemand. Que dit la part irrationnelle qui se cache dans mon cerveau ? Personnellement, je ne suis pas très fort en méditation ni très qualifié pour aller chercher ce genre d’informations:-) ni dans les trucs qui sont présenté sur ce site http://developpementpersonnel.org/.

Etre en phase avec mon désir de parler allemand

Quand j’écoute des phrases en allemand, je les comprends relativement bien mais je ne suis pas forcément capable de retenir que tel ou tel terme a telle ou telle signification précise. C’est comme si je comprenais globalement et que mon for intérieur bloquait l’entrée des éléments étrangers dans ma mémoire de long terme.

Je soupçonne que j’ai besoin d’aligner mes émotions sur ma volonté de progresser en allemand. Je sais que cela vient de mes émotions profondes ressenties dans ma jeunesse quand on m’a imposé l’apprentissage de l’allemand dans un contexte et avec des méthodes qui ne s’y prêtaient pas.

Descendre au plus profond de moi

Que se passe-t-il en moi vis-à-vis de l’allemand ? A chaque fois que je vois, j’entends ou je lis un mot, un verbe ou un adjectif en allemand, il ne fait pas sens et j’ai besoin de plusieurs dizaines de répétitions pour qu’il reste associé à un sens. Sauf pour certains d’entre-eux. Certains mots ou verbes allemand ont un sens immédiat pour moi. Il s’agit des mots ou verbes allemands qui sont passés dans l’espéranto. Aucun problème pour retenir die Wangecar je connais déjà le mot vangoVango la joue en espéranto.

Idem pour les verbes comme schmieren car je connais déjà ŝmiri étaler.

Et je pourrais continuer cette liste très longtemps. Le plus ennuyeux, ou le plus encourageant selon le point de vue, est qu’il ne m’a fallu qu’une lecture ou deux en espéranto pour retenir le sens de ŝmiri et de tous les autres.

Si je n’ai pas de problèmes dans ce cas là alors je dois pouvoir trouver un moyen de contourner mon for intérieur pour réaligner ma mémoire sur mes objectifs actuels.

Nourrir les émotions de sentiments positifs

Existe-t-il un moyen de se connecter avec son être profond pour inverser la tendance ?

Ce n’est pas trop mon domaine et pour l’instant, je ne vois qu’une seule manière de procéder en prenant mot par mot. Sur chaque terme, j’essaie de créer une émotion ou un lien à quelque chose de positif. J’essaie de lui donner un sens en lui trouvant une explication, même loufoque, qui soit reliée à des connaissances solides issues d’une de mes autres langues.

En appliquant cette méthode des petits pas à l’apprentissage de l’allemand, je vais sans doute créer un sentiment positif pour chaque mot. Est-ce qu’il sera suffisant pour que tout sentiment négatif inconscient disparaisse ? L’avenir le dira. Ce serait bien que mon inconscient se mette au travail rapidement car j’aimerais bien retenir l’allemand aussi vite et aussi facilement que j’ai pu apprendre mes autres langues de travail ! Et si ce truc peut vous aider, j’en serai doublement content.

Avez-vous des suggestions

Je profite d’écrire cet article dans le cadre du carnaval d’articles « à la croisée des blogs » pour essayer de découvrir d’autres approches, peut-être moins rationnelle que celles que j’utilise habituellement. Cher lecteur au parcours différent, Comment feriez-vous dans un cas pareil pour comprendre, retenir et mettre en œuvre le vocabulaire et la grammaire de l’allemand ?

Merci de laisser un commentaire.

Je veux recevoir les prochains articles par mail
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

Il reste 3 commentaires Aller aux commentaires

  1. grandtout /

    As-tu essayé l’audio seul, comme la méthode de Michel Thomas ? Je la trouve géniale.

    1. Cyrille / Auteur du Post

      Bonjour Michel,
      Oui, bien que j’ai très peu de temps en ce moment et que je sois en train de lire des livres en anglais, je limite la perte de mon allemand en écoutant les leçons de la méthode Assimil durant mes trajets.
      Je ne connais pas la méthode de Michel Thomas mais je suis prêt à tout essayer.
      Bien cordialement,

  2. grandtout /

    Tu peux aller directement au perfectionnement. Sinon, l’approfondissement n’existe qu’en anglais.
    http://www.amazon.fr/M%C3%A9thode-Audio-Allemand-Perfectionnement-Harraps/dp/0245508694/ref=pd_bxgy_b_img_y

Laisser un commentaire