browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

3 livres qui ont changé ma vie et celle de mes enfants

Posted by on 15 juillet 2012

Comme tout parent, nous désirons le meilleur pour nos enfants : qu’ils soient en bonne santé, qu’ils aillent à l’école et qu’ils aient un métier qui leur plaise et leur permette de vivre comme ils le souhaitent. Ce destin s’inscrit dans le monde tel qu’il est aujourd’hui et surtout tel qu’il sera deux décennies plus tard quand ils atteindront l’âge adulte. Comme beaucoup de parents, nous souhaitons pouvoir leur faire découvrir le monde et leur donner la capacité de le parcourir, de le comprendre et de se faire comprendre à l’étranger. Il est difficile d’envisager que leur horizon de vie soit limité au monde francophone en ces temps de mondialisation.

 

Communiquer au-delà des frontières

 

Notre aînée a vu le jour en 1999 et la seconde en 2002. Un an plus tard, nous avons découvert un livre de Claude Piron, Le défi des langues: Du gâchis au bons sens.Il explique que l’humanité traite le problème de la communication internationale d’une manière étonnamment inefficace.

Image du livre de Claude Piron

Une analyse rationnelle et rigoureuse de Claude Piron

Pour donner à chacun de ses enfants la capacité à se faire comprendre au-delà des frontières, nous les soumettons aux caprices des langues nationales. Par une démonstration rationnelle, l’auteur explique que l’enseignement de l’espéranto, une langue construite pour la communication internationale entre des gens qui n’ont pas la même langue maternelle, décuplerait les échanges tout en minimisant l’effort global d’apprentissage.

Je me suis intéressé à cette langue et je l’ai apprise en tant que quatrième langue puisque j’en parlais déjà quelques-unes à des niveaux différents. Cette langue m’a plu par sa précision et sa flexibilité. Je me suis senti en confiance en elle et je lui ai fait confiance pour exprimer ma pensée. Elle est devenue une partie de mon identité du fait de ses caractéristiques propres et, peut-être, également du fait de son extraterritorialité. Il n’existe pas d’indigène de l’espéranto. Personne n’est plus légitime que moi pour juger de ma syntaxe tant qu’elle respecte les règles fondamentales écrites en 1905.

 

Que changer dans notre vie quotidienne ?

 

A peu près au même moment, j’ai découvert Enfances plurilinguesde Gilbert Dalgalian. Cet ouvrage explique de manière très concrète qu’un enfant exposé dès son plus jeune âge à deux systèmes linguistiques va grandir en deux langues. Ce bilinguisme précoce va lui permettre d’entrer dans une troisième ou quatrième langue de manière aisée. Peu importe le couple de langue proposé au nourrisson, c’est une chance qu’il va saisir entre sa naissance et la fin de l’âge du langage. Quand l’enfant maîtrise le langage, vers 7 ans, il n’apprend plus à parler mais apprend les langues. Des langues étrangères.

Image du livre de Gilbert Dalgalian

En partie basé sur l’expérience bilingue de l’auteur

Mon épouse et moi avons alors réalisé que le compte à rebours n’était pas favorable pour notre fille aînée. Le temps passait, nos enfants allaient grandir de manière monolingue alors que nous avions une solution sous les yeux : il suffirait de les élever de manière bilingue.
Nous avons pris cette décision qui a changé leur vie en 2005. Leur mère parle français et je parle espéranto à mes enfants. J’ai fait le pari que j’apprendrai la langue plus vite qu’eux et que je saurai toujours nourrir leur besoin de langage. Le pari de grandir plus vite que ma troisième fille, née en 2006, à qui je n’ai jamais parlé français.

Encore faut-il trouver comment mettre en œuvre le bilinguisme précoce qui présente quelques chausse-trappes même pour des familles binationales favorisées. Comment introduire cette seconde langue en permanence, en toute circonstance, qu’elle soit joyeuse ou dramatique ? Comment construire un bilinguisme précoce cohérent chez soi et comment motiver les enfants pendant deux décennies ?

 

Comment engendrer le changement ?

 

Après trois ans de tâtonnements et d’intuitions, j’ai découvert un autre livre qui a changé ma vie professionnelle. Eliyahu Goldratt a écrit Le but : Un processus de progrès permanent pour des gestionnaires d’usines mais il ne s’est pas arrêté à la manière de produire mieux et plus vite. Il s’est vite rendu compte que les usines excellentes se heurtent ensuite à des contraintes plus subtiles qui se cachent dans nos croyances et nos paradigmes, comme les coûts de revient.

Image du livre de Goldratt

Le premier roman industriel

De ces réflexions est né le corpus de pensée de la théorie des contraintes et un outil, les Thinking Processes ou processus heuristiques, qui permettent de traiter n’importe quelle situation inextricable. J’ai adapté ces méthodes à l’analyse du bilinguisme précoce dans un milieu familial. J’ai combiné ces 3 livres pour changer le destin de nos enfants et créer notre méthode de développement du bilinguisme précoce.

 

Objectif atteint avec 6 ans d’avance

 

En 2012, nos filles sont non seulement bilingues précoces mais également très fortes en allemand. L’aînée a commencé à voyager seule à l’étranger et à aller à l’école en Allemagne dans plusieurs régions et plusieurs familles. A leur naissance, nous nous étions fixés cet objectif à atteindre pour leurs 18 ans, mais il a été atteint avec 6 ans d’avance.

 

Cet article participe à l’évènement inter-blogueurs “Les 3 livres qui ont changé ma vie” organisé par le blog Des Livres Pour Changer de Vie. Si vous avez aimé cet article, je vous remercie de cliquer sur ce lien : j’ai aimé cet article ! Tous les articles publiés à l’occasion de cet évènement ont engendré ce livre :

Image de la couverture du livre "152 blogueurs se dévoilent"

152 blogueurs se dévoilent : Les 3 livres qui ont changé leur vie

ouvrez-cerveau-petit Découvrez
les 7 clés pour donner une seconde langue naturellement à votre enfant en vous inscrivant ci-dessous :
pour recevoir des conseils pour ouvrir le cerveau de vos enfants à 2 langues. En cadeau, je vous offre mon livre et des interviews inspirants ! Conformément à la loi "informatique et liberté" du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous disposez d'un droit d'accès et de modification de vos données que vous pouvez exercer dans chaque message reçu, et cette liste est déclarée à la CNIL sous le n°1652673.

6 Responses to 3 livres qui ont changé ma vie et celle de mes enfants

  1. Sinje

    Bonjour,
    Je découvre avec plaisir ce nouveau blog !
    Notre famille fait partie des familles privilégiés binationales, franco-allemandes.
    Nous habitons en France.
    Le bilinguisme au quotidien n’est pas toujours évident. Mon mari me reproche souvent que je ne parle pas assez allemand avec nos trois filles (à peu près du même âge que les vôtres).
    Je pense cependant qu’elle sont bilingues précoces, comprenant le langage familial de tout les jours.
    Je vais m’intéresser au deuxième livre dans votre liste pour commencer et suivrai votre blog !
    @bientôt
    Sinje

    • cyrille, le praticien du bilinguisme

      Bonjour Sinje,

      Merci pour ce commentaire. J’entends souvent ce reproche fait à celui qui personnifie la langue la plus faible, ce qui est également ma situation car je ne parle pas ma langue maternelle aux plus jeunes, comme si l’entourage plaçait tous ses espoirs sur lui en lui disant « vas-y fonce, on compte sur toi ». Quand il échoue, c’est de sa faute. Quand il réussit trop bien, c’est qu’il ne cherche pas assez à s’intégrer ! Personne ne s’occupe des problèmes qu’il rencontre dans la mission, implicite, qu’on lui a confié.

      à bientôt

  2. Zelie

    Article très intéressant. Je suis passionnée par les langues et je pense que c’est un véritable atout de connaitre plusieurs langues et d’être capable d’en apprendre de nouvelles (au moins les bases) si besoin est.
    Je ne sais pas encore avec qui je partagerai ma vie plus tard, mais, sincèrement, j’aimerais qu’il soit étranger. Quelle chance pour des enfants que d’avoir accès dès le plus jeune âge à deux cultures, deux systèmes de pensée, deux langues ! Peut-être pourrait-on même instaurer un trilinguisme précoce, dans mon cas le français, la langue du père et une troisième langue, l’espéranto par exemple…?
    En tout cas, que le père soit français ou étranger, je favoriserai l’apprentissage des langues étrangères au sein de ma famille. Je suivrai donc votre blog avec grand intérêt.

    • cyrille, le praticien du bilinguisme

      Bonjour Zelie,

      J’ai plein d’amis dont les enfants sont trilingues avec langue de la mère, langue du père et l’espéranto. Pour certains, les enfants ont en plus la langue du pays d’accueil. J’en parlerai bientôt car ces cas ne sont pas rares et c’est un plaisir d’entendre leurs enfants tenir une conversation dans 5 ou 6 langues car ils ont en plus appris une ou deux langues à l’école.

      à bientôt

  3. Charline

    Bonjour,
    Je me permet de vous contacter car j’aimerais vous proposer un partenariat sous forme d’échanges de liens avec nos sites liés au Forex. N’hésitez pas à me contacter par mail afin de voir ce qu’il est possible de faire ensemble, si cela vous intéresse.
    Bonne continuation et à bientôt !

    Charline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *